Burkina : 4 soldats se blessent grièvement dans l'explosion d'une mine / le poste de police de Mentao (Soum) incendié par des assaillants / le Président du Faso à la tribune des Nations unies : "le Burkina Faso accorde une attention particulière à son septentrion" / le Niger invité d'honneur du 12e SITHO / 
Flash info : 



Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Gestion durable des ressources naturelles :la commune de Bouroum signe une convention de gestion

12/06/2017
287

Gestion durable des ressources naturelles

La commune de Bouroum signe une convention de gestion

Boulsa, (AIB) -  Le haut-commissaire de la province du Namentenga, Yvette Massadalo Nacoulma/Sanou, a présidé la cérémonie de signature de la convention locale de gestion des ressources naturelles, le 2 juin 2017, en présence d’Alain Ki Zerbo, représentant pays de REGIS-ER, et de Yoro Soumaila Signam, maire de la commune de Bouroum.

L’ensablement du barrage, la dégradation des terres due à l’orpaillage, l’obstruction des pistes d’accès aux ressources en eau par des champs, la coupe abusive du bois, les conflits récurrents entre agriculteurs et éleveurs, l’absence d’aires de pâturages sont, entre autres, les situations fâcheuses que connaît la commune de Bouroum, foi du maire. « C’est cet état de fait qui a amené le projet Résilience et croissance économique au Sahel - Résilience renforcée (REGIS-ER), financé par l’Agence américaine pour le développement international (USAID) et exécuté par l’ONG NCBA Clusa, à appuyer votre commune dans la mise en place d’une convention locale de gestion des ressources naturelles », a indiqué le représentant pays de REGIS-ER. Selon lui, l’application effective de ce référentiel, qui a été élaboré après plusieurs mois de concertations inclusives, participatives, itératives et consensuelles et adopté en Conseil municipal, permettra aux populations de gérer de façon durable les ressources naturelles d’une part, et de prévenir et gérer les conflits d’autre part. Ainsi, les populations pourront mieux cultiver leurs champs, élever leurs bêtes, mener leurs activités génératrices de revenus et améliorer leur sécurité alimentaire et nutritionnelle, sans compromettre les ressources dont profiteront les générations actuelles et futures. Le projet REGIS-ER, présent à Bouroum depuis 2014, œuvre au renforcement de la résilience des populations face au changement climatique.  En perspectives, il entend renforcer la compétence des autorités communales dans leur rôle de maîtrise d’ouvrage et dans la gestion des équipements d’adduction d’eau potable, afin d’assurer la pérennisation des forages. « Cette signature officielle du document, premier du genre dans la province, constitue une étape dans sa mise en œuvre. Faire connaître la convention et l’appliquer seront les étapes majeures du processus. Ainsi, dans le but de mieux gérer les ressources naturelles et de prévenir les conflits entre les différents utilisateurs de ces ressources, je souhaite l’intégration effective de la convention locale dans le Plan communal de développement, qui est le document de référence de développement à l’échelle de la commune. Je souhaite aussi le renforcement des capacités des acteurs cibles de la commune, pour un meilleur suivi de la mise en œuvre de cette convention », a dit madame le haut-commissaire, Yvette Massadalo Nacoulma/Sanou. Elle a par ailleurs remercié le projet REGIS-ER pour les différents investissements réalisés dans la commune, l’ambassadeur des Etats-Unis au Burkina Faso pour la coopération à travers USAID et le comité de pilotage pour l’énorme travail abattu dans l’élaboration de la convention. Pour terminer, elle a invité tous les habitants de Bouroum à en faire bon usage.

Jean-Baptiste DAMIBA