Burkina : le ministre Alkassoum Maïga lance les épreuves du Bac 2017 à Koupéla / le Premier ministre Thiéba annonce la création de 90 000 emplois directs dans 3 ans / la Haute cour de justice sursoit au jugement du dernier gouvernement de Luc Adolphe Tiao / 
Flash info : 



Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Les quotidiens burkinabè se focalisent sur la grogne sociale et politique nationale

19/05/2017
247

Burkina Faso-Presse-Revue

Les quotidiens burkinabè se focalisent sur la grogne sociale et politique nationale

Ouagadougou, le 19 mai 2017 (AIB) Les quotidiens burkinabè consultés par l’AIB, ce vendredi matin, ont traité de sujets ayant trait à la politique nationale, ainsi qu’à la grogne sociale dans divers secteurs d’activités.

«Grève des agents du Trésor: Le gouvernement appelle à la poursuite du dialogue», titre L’Observateur Paalga, le doyen des quotidiens privés burkinabè.

Ce journal relate qu’un jour après la rencontre du Syndicat autonome des agents du Trésor du Burkina (SATB) avec les médias, au cours de laquelle il a annoncé un durcissement de son mouvement de grève lancé depuis le début du mois courant, c’était autour du ministre de la Fonction publique, du travail et de la protection sociale, Clément Sawadogo, d’être face aux journalistes, hier jeudi à Ouagadougou.

De son côté, Le Pays, un autre journal privé, affiche en sa manchette les propos du ministre Clément Sawadogo, prononcés lors de la conférence de presse lorsqu’il affirme: «Il n’est pas possible d’accorder le statut autonome à tout le monde».

Le journal Le Quotidien abonde dans le même sens en titrant: «Revendications des agents du Trésor du Burkina: +il n’est pas possible d’accorder le statut autonome+».

Quant au quotidien Aujourd’hui au Faso, il arbore à sa Une: «grève des agents du Trésor: le gouvernement privilégie le dialogue et la concertation».

Le même journal renseigne que la présidente du Cadre de concertation national des Organisations de la société civile (CCNOSC), regroupant plusieurs associations et mouvements activistes, a animé, hier jeudi 18 mai 2017 à Ouagadougou, une conférence de presse.

«A l’occasion, elle a dénoncé la +paresse intellectuelle+ des dirigeants actuels du Burkina Faso», relate le confrère.

A ce sujet, Le Pays reprend à sa Une les propos de Safiatou Lopez qui déclare à propos de la gouvernance du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP, parti au pouvoir) que «tout est pire qu’avant».

Dans la même dynamique Le Quotidien cite Mme Lopez qui estime que «le MPP est une copie conforme du CDP (Congrès pour la démocratie et le progrès, ex-parti au pouvoir) qui ne fait pas mieux».

Pour sa part, le quotidien national Sidwaya parle des «30 recettes de Safiatou» pour la relance économiqueau Burkina Faso.

Selon ce confrère, Safiatou Lopez/Zongo a déclaré que «tout est pire qu’avant» dans la gestion du Burkina Faso par les nouveaux gouvernants, d’où la trentaine de propositions faites en vue de relancer l’économie du pays.

Agence d’information du Burkina

Ak/ss