Flash info : 



Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Les quotidiens burkinabè s’intéressent à la politique et aux faits de société

21/04/2017
145

Burkina Faso-Presse-Revue

Les quotidiens burkinabè s’intéressent à la politique et aux faits de société

Ouagadougou, le 21 avril 2017 (AIB) Les quotidiens burkinabè reçus à l’AIB, ce vendredi matin, ont évoqué des sujets relatifs aux faits de société, sans oublier la politique marquée par le meeting en vue, du Chef de file de l’opposition politique (CFOP).

Ainsi, le journal Aujourd’hui au Faso arbore: «Meeting du CFOP du 29 avril : +Un avertissement à peu de frais au MPP (Mouvement du peuple pour le progrès, au pouvoir+».

Selon le confrère, «après les conférences de presse, les déclarations écrites ou orales, les publications de mémorandums, l’opposition politique passe à une vitesse supérieure», avant d’ajouter que c’est tout l’objet du meeting que l’opposition organise le 29 avril prochain.

Et Aujourd’hui au Faso d’informer que les organisateurs du rassemblement ont animé, hier jeudi à Ouagadougou, une conférence de presse pour annoncer que lors de l’activité, sera publié leur plateforme minimale qui leur servira, désormais, de référentiel, pour juger le pouvoir du MPP.

Le quotidien national Sidwaya évoque le sujet en faisant remarquer «Meeting de l’opposition politique: Zéphirin Diabré donne des justifications».   

De son côté, L’Express du Faso, quotidien privé imprimé à Bobo-Dioulasso (2e ville du Burkina Faso) affiche en sa manchette : «Meeting de protestation du 29 avril prochain : +Il ne vise à renverser qui que ce soi+», reprenant ainsi, les propos du Chef de file de l’opposition politique (CFOP), Zéphirin Diabré.

Quant au journal Le Quotidien il rapporte également les propos de M. Diabré qui soutient que «généralement, les choses commencent à la Maison du peuple et elles finissent à la place de la Révolution».

Le même journal informe que des Organisations de la société civile (OSC) exigent la dissolution de la Coalition pour la démocratie et la réconciliation nationale (CODER).

A ce propos, L’Observateur Paalga, le doyen des quotidiens privés burkinabè cite le premier responsable du Mouvement M21, Marcel Tankoano qui estime que la CODER constitue «un doublon qui fâche et divise».

Pendant ce temps, Sidwaya renseigne que la CODER a animé une conférence de presse, le jeudi 20 avril 2017, à Ouagadougou, au cours de laquelle Rasmané Ouédraogo de la Nouvelle alliance du Faso (NAFA) a été installé à la présidence de la structure.

L’Observateur Paalga revient sur un mouvement d’humeur au sujet des groupes d’auto-défense dénommés Koglwéogo, dans la province du Boulkiemdé, dans la région du Centre-ouest du Burkina Faso.

Le journal en couverture : «Koglwéogo au Burkiemdé : Vive tension à Kindi, et jour de procès à Palogo».

L’article rapporte que les Kogléwéogo de certaines localités de la province du Boulkiemdé étaient en ébullition les mardi 18 et mercredi 19 avril 2017.

« La raison : une descente punitive projetée sur la commune de Kindi (50Km de Koudougou) et le procès d’une dizaine de présumés délinquants », relate le journal.

Et de souligner  que «même si au dernier moment, les esprits se sont calmés du côté de Kindi, évitant ainsi un affrontement entre ces groupes d’autodéfense et la population, du côté de Palogo (Koudougou, 6Km du centre-ville), de jeunes voleurs ont passé de sales quarts d’heure».

Agence d’information du Burkina

ak/ata