Burkina : les nouveaux ambassadeurs du Japon,  de l'Inde, de la Zambie et  du Rwanda présentent leurs lettres de créance au président du Faso / le Rail club du Kadiogo (RCK) dangereusement talonné, à deux longueurs, par l'Etoile filante de Ouagadougou (EFO) / l'international burkinabè Bertrand Traoré signe pour 5 ans à Lyon (France, ligue 1) 
Flash info : 



Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

CODER : Rasmané Ouédraogo de la NAFA prend les commandes

20/04/2017
182

Burkina-Politique-Réconciliation

CODER : Rasmané Ouédraogo de la NAFA prend les commandes

Ouagadougou, 20 Avril 2017 (AIB)-Le président de la Nouvelle alliance du Faso (NAFA), Rasmané Ouédraogo a pris jeudi les rênes de la Coalition pour la démocratie et la réconciliation nationale (CODER), regroupant en grande partie des partis de l’ex majorité présidentielle.

«Nous souhaitons capitaliser ce que les deux précédents présidents (NDLR Ablassé Ouédraogo et Gilbert Noel Ouédraogo) ont eu à faire comme résultats et également ouvrir de nouveaux chantiers parce nous avons fait une offre politique en quatre points», a indiqué le président entrant.

Pour lui, en six mois, les deux ex-présidents ont su insérer la CODER dans le paysage socio-politique et inscrire la question de la réconciliation nationale dans l’agenda politique nationale.

« Pour ce qui est du nouveau chantier, il parait essentiel d’engager une réflexion sur la relance économique et l’approfondissement du processus démocratique de notre pays», a relevé M. Ouédraogo.

Il aussi signifié qu’à terme , il y a lieu d’ «aller vers l’analyse et le suivi de l’action gouvernementale afin de prendre des initiatives en lien avec les questions qui doivent être posées soit au niveau de la classe politique ou bien dans la société en générale».

La CODER qui regroupe des partis de l’ex majorité présidentielle, excepté le Faso Autrement, est vivement décriée ces derniers temps.

Une vingtaine d’organisations de la société civile a appelé jeudi à la suppression de la CODER, souhaitant d’abord que l’ancien régime réponde en justice pour la trentaine de personnes tuées, lors de l’insurrection populaire d’octobre 2014.

Hier mercredi, la Présidence du Faso a démenti les propos de l’ancien président de la CODER, Ablassé Ouédraogo, selon lesquels le président Roch Kaboré aurait marqué son accord pour l’organisation du Forum de réconciliation nationale.

On rappelle également que le procès du dernier gouvernement de Blaise Compaoré, s’ouvre le 27 avril prochain, pour son implication présumée dans la répression sanglante des manifestants en octobre 2014.

Agence d’Information du Burkina

als/ata