Burkina : l'épidémie de dengue a tué 11 personnes sur plus de 4 000 cas recensés / le MBDHP annonce une marche-meeting le 4 novembre pour réclamer vérité et justice pour les martyrs / la France a remis du matériel militaire aux FDS d'une valeur de 5 milliards FCFA /
Flash info : 



Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Halidou Ouédraogo invite le peuple burkinabè à accompagner Roch Kaboré tout en le critiquant

16/02/2017
45

Halidou Ouédraogo invite le peuple burkinabè à accompagner Roch Kaboré  tout en le critiquant

Ouagadougou, 16 fév. 2017 (AIB)-Alors que l’opposition politique est très critique du bilan de douze mois du président Roch Kaboré, le célèbre défenseur des droits humains Me Halidou Ouédraogo, a invité le peuple burkinabè à l’accompagner, «tout en critiquant bien sûr ses faiblesses».

«Le président du Faso (Roch Kaboré depuis son élection en novembre 2015), à trois reprises, a fait face à la population. (…) Mais ce n’est qu’au Burkina, à ma connaissance, qu’on voit un chef d’Etat s’adresser directement aux populations, pour rendre compte de sa gestion», a affirmé Me Halidou Ouédraogo.

Le célèbre militant des droits de l’homme qui s’exprime dans une interview publiée jeudi par le quotidien privé Le Pays, pense «qu’il faut que les Burkinabè accompagnent (le régime du président Kaboré), tout en critiquant bien sûr ses faiblesses».

Il aussi invité le peuple burkinabè «à se mettre au travail» et «à garder le sens de la mesure».

Pour le président de la Commission constitutionnelle, «depuis un certain temps, la liberté d’expression, la liberté tout court règne au Burkina Faso et cela n’a pas de prix».

«L’année 2016 est l’année du Burkina. (…) J’ai l’avantage d’avoir connu tous les présidents de ce pays (depuis 1960), du (défunt) président Maurice Yaméogo à Roch Marc Christian Kaboré. J’insiste, aujourd’hui, il y a pas de prisonniers politiques. Je ne parle pas de ceux qui se sont compromis dans des coups d’Etat et autres», a assuré Me Halidou Ouédraogo, toujours dans les colonnes de Le Pays.

Cette lecture de la gestion du président Kaboré, tranche avec celle de l’opposition politique burkinabè qui a estimé le 7 février dernier, que le régime  a fait perdre au Burkina Faso, une année.

Agence d’Information du Burkina

ata