Burkina : le Balai citoyen appelle le président du Faso à "redresser la barque avant qu'il ne soit trop tard" / le Collectif syndical ne reconnait pas les membres qui siègent au Haut conseil pour le dialogue social en son nom 
Flash info : 



Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

La Banque mondiale soutient la compétitivité du Burkina dans ses échanges commerciaux avec la Côte d’Ivoire

17/01/2017
569

Burkina-Transports-Routes-Financement

La Banque mondiale soutient la compétitivité du Burkina dans ses échanges commerciaux avec la Côte d’Ivoire 

Ouagadougou, (AIB)-La Banque mondiale a accordé le 12 janvier dernier, un prêt de 20 millions de dollars, destinés à renforcer sa compétitivité, dans ses échanges commerciaux avec la Côte d’Ivoire, indique un communiqué de l’organisation.

La Banque mondiale veut appuyer la compétitivité du Burkina Faso en matière de commerce. C’est ce qui a motivé l’octroi d’un crédit de 20 millions de dollars, afin de soutenir des réformes destinées à moderniser le secteur des transports et faciliter le commerce dans le cadre du Projet de modernisation du secteur des transports et de facilitation du commerce (PAMOSET).

Il s’agit principalement d’améliorer l'efficience et la sécurité des services de transport sur la portion burkinabé du couloir de transport routier Ouagadougou-Abidjan ; ce qui entraînerait la baisse des coûts de transport aux fins d’influer sur le prix des produits importés.

A terme, selon Cheick Kanté, représentant résident de la Banque mondiale au Burkina Faso, la réalisation de ce projet «améliorerait ainsi les conditions de vie des populations, notamment les plus pauvres», cela à travers un corridor sécurisé et efficacement fonctionnel.

«Le développement du Burkina Faso dépend de son adhésion aux initiatives d’intégration régionale,  visant à promouvoir la compétitivité au sein d’un même espace communautaire, à surmonter les obstacles au commerce, à réduire les coûts du transport et de l'énergie», a-t-il déclaré.

Ce sont des réformes s’inscrivent dans le cadre des opérations d’appui aux politiques de développement (OPD), et sont financées par le biais de deux séries de Crédit régional pour la facilitation du commerce et la compétitivité (CRFCC) couvrant la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso.

Agence d’information du Burkina

bl/ata