Le président du Faso a décidé de la tenue du Conseil supérieur de la défense  désormais chaque deux semaines (Premier ministre) // Levée (très bientôt) des mesures de suspension des regroupements de chauffeurs routiers et des transporteurs suspendus en fin août dernier// Plus de 400 présumés terroristes ont été arrêtés (Ministre de la Sécurité) // Le MPP tient du 15 au 27 septembre 2018, sa rentrée politique // Le gouvernement a adopté ce mercredi 12 septembre en conseil des ministres, la liste des produits soumis à autorisation spéciale d'importation et d'exportation // Le gouvernement burkinabè menace de retirer, d'ici à fin septembre 2018, les parcelles non encore mises en valeur dans la Zone d'activés commerciales et administratives (ZACA) de Ouagadougou // 

      




Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Deuil: L’AIB perd une correspondante dans le Centre-sud du Burkina

03/05/2015
1 287

Burkina-Média-Décès

Deuil: L’AIB perd une correspondante dans le Centre-sud du Burkina

Ouagadougou, 3 mai 2015 (AIB)-Assita Nion, 48ans, l’une des trois correspondants de l’Agence d’information du Burkina dans le Centre-sud du pays, a été inhumée samedi à Pô (145km, Centre-sud), au lendemain de son décès.

Assita Nion qui a été emportée dans la soirée du 1er mai 2015 à Pô par une courte maladie, a été ensevelie le lendemain au cimetière de la ville en présence d’un grand monde.

Mme Nion laisse dernière elle, une adolescente de seize ans en classe de troisième.

Celle qui écrivait depuis 2006 pour les Editions Sidwaya, dont relève l’AIB, était aussi depuis près d’une année, la représentante du Conseil supérieur de la communication dans le Centre-sud du Burkina.

Le Directeur de l’AIB Souleymane Sawadogo, présent à l’enterrement, a au nom du Directeur général et du personnel des Editions Sidwaya, adressé ses condoléances à la famille éplorée.

Il a rappelé l’abnégation d’Assita Nion qui souvent face aux caprices de la connexion internet, n’hésitait pas à venir à Ouagadougou pour remettre en main ses papiers.

Selon M. Sawadogo, son décès constitue une double perte pour sa famille et pour l’AIB, qui perd ainsi sa seule correspondante parmi une cinquantaine d’hommes.

Agence d’information du Burkina