10 Gardes de sécurité pénitentiaire rayés des effectifs de la fonction publique // Le plus important échangeur de Ouagadougou inauguré ce 15 novembre 2018 par le président du Faso// La Semaine nationale de l'internet prévue du 20 au 24 novembre // La Côte d'Ivoire remporte le grand prix du président du Faso du meilleur stand pays au SIAO 2018 //  



Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Rencontre nationale Etat-secteur privé: le Centre-Est y va avec deux recommandations fortes

08/11/2018
69

Rencontre nationale Etat-secteur privé

Le Centre-Est y va avec deux recommandations fortes

Tenkodogo, (AIB) - C’est pour préparer la première édition des rencontres régionales du Cadre de concertation et d’orientation pour le dialogue Etat/secteur privé (CODESP) qui se tiendra du 26 au 27 novembre 2018 à Bobo Dioulasso, que la direction régionale du commerce, de l’industrie et de l’artisanat (DRCIA) du Centre-Est, de concert avec la délégation consulaire régionale du Centre-Est de la Chambre de commerce et d’industrie (DCR/CCI) du Burkina Faso, a organisé le vendredi 2 novembre 2018 à Tenkodogo, la rencontre régionale Etat/secteur privé du Centre-Est.

 

Afin de lever les différents obstacles qui freinent le développement du secteur privé, le Gouvernement a institué par décret en date du 26 septembre 2018, un nouveau dispositif dénommé Cadre de concertation et d’orientation pour le dialogue Etat/secteur privé (CODESP). Ce cadre a pour objectif d’échanger autour des préoccupations liées au développement du secteur privé au Burkina Faso, afin d’y trouver les solutions appropriées. En prélude à la rencontre nationale qui réunira le gouvernement et les acteurs du secteur privé autour d’une même table les 26 et 27 novembre 2018 à Bobo-Dioulasso, sur le thème central suivant : «Valorisation des produits locaux : enjeux, défis et perspectives» et deux sous thèmes en lien avec le thème central à savoir: «Stratégies et politiques de transformation et de consommation des produits locaux : état des lieux et perspectives» et «Défis du secteur de l’artisanat face à l’ouverture des marchés et à la concurrence», l’administration locale et les acteurs du secteur Privé du Centre-Est étaient face-à-face le vendredi 2 novembre 2018 à Tenkodogo. L’objectif global de cette rencontre est d’échanger sur les préoccupations des acteurs du secteur privé local. Elle a aussi permis de recenser les préoccupations, formuler des recommandations et procéder à leurs priorisations.  Les acteurs du secteur privé du Centre-Est y vont à la rencontre de Bobo Dioulasso avec deux recommandations fortes à savoir, renforcer les capacités des transformateurs dans le domaine de la viande et du niébé et l’installation d’une unité de transformation des céréales dans la région. «Convaincu qu’en regardant ensemble dans la même direction et en fédérant nos efforts, nous parviendrons à impulser à notre pays la dynamique d’un développement économique durable pour le bien-être des populations», le premier adjoint au maire de Tenkodogo, Ousmane Bangré a invité les acteurs du secteur privé à participer activement  aux échanges et faire des propositions pertinentes qui pourront être traduites en actions concrètes afin de relever les défis de la transformation industrielle et artisanales des produits locaux. Le président de la délégation consulaire régionale du Centre-Est de la Chambre de commerce et d’industrie (DCR/CCI), Minoungou Fasnewendé dit Prince Akim, a soutenu que la contribution du secteur privé à l’atteinte des objectifs de changement structurel de l’économie burkinabè et la promotion des produits locaux passe forcément par un climat des affaires sain et favorable. C’est pourquoi, a poursuivi Prince Akim, le Centre-Est se réjouit de cette tribune qui lui est offerte, pour discuter avec l’administration locale des préoccupations des acteurs économiques de la région. Il a ajouté que le thème central de l’édition 2018 du CODESP du nouveau dispositif de dialogue entre le gouvernement et le secteur privé, trouve toute sa place dans le contexte actuel du Burkina où les attentes sont de plus en plus pressantes en matière de transformation de produits locaux. Le haut-commissaire du Boulgou, Nonga Eugène Zongo, représentant le gouverneur de la région, Antoine Ouédraogo, a indiqué que l’impact de la rencontre sur la promotion du secteur privé n’est plus à démontrer car, force est de constater qu’un certain nombre de limites ont été relevés par ces acteurs économiques privés. Il s’agit entre autres  de celles liées à la fraude et la corruption ; le manque de transparence dans l’attribution des marchés publics ; les coûts élevés et la faible disponibilité de certains facteurs de production (cas de l’électricité surtout) ; le désenclavement et le problème d’accès au financement des entreprises. Nonga Eugène Zongo a déclaré que les recommandations fortes qui seront retenues des échanges permettront de dégager des pistes de solutions à même de contribuer à l’atteinte des objectifs de l’axe 3 du PNDES, référentiel en matière de développement.

 

Bougnan NAON