10 Gardes de sécurité pénitentiaire rayés des effectifs de la fonction publique // Le plus important échangeur de Ouagadougou inauguré ce 15 novembre 2018 par le président du Faso// La Semaine nationale de l'internet prévue du 20 au 24 novembre // La Côte d'Ivoire remporte le grand prix du président du Faso du meilleur stand pays au SIAO 2018 //  



Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Rentrée scolaire 2018-2019 : 15 établissements suspendus au Centre-Est

22/10/2018
148

Rentrée scolaire 2018-2019

15 établissements  suspendus au Centre-Est

Tenkodogo, (AIB) -  La rentrée scolaire 2018-2019 est effective dans la région du Centre-Est. En effet, les élèves à l’instar des autres régions du Burkina Faso, ont repris le chemin de l’école depuis le lundi 1erOctobre 2018. Afin d’en savoir davantage, nous avons approché le Directeur régional de l’Education Préscolaire, Primaire et non Formelle du Centre-Est (DREPPNF-CES), Lucien Zouré.

 

Sidwaya (S.): La rentrée scolaire rime avec des difficultés tant financières
que matérielles. A quel niveau se situe ces difficultés ?

Lucien Zouré (L.Z.) : Avant tout propos, permettez-moi de dire merci à votre organe de presse, Sidwaya qui a bien voulu m’accorder cette interview. Mon merci va aussi à l’endroit de ces ouvriers de l’ombre de la presse qui s’échinent chaque jour afin que nous ayons une information de qualité. Revenant à votre préoccupation, je dirais que malgré les difficultés financières que traverse le Burkina Faso  au regard du phénomène d’insécurité que connaît le  territoire  en ses partie septentrionale  et orientale, la rentrée scolaire a  pu s’opérer sans grande difficulté. Et cela est à l’actif de nos plus hautes autorités qui ne ménagent aucun effort pour la tranquillité  des Burkinabé. Au plan infrastructurel, la  région du  Centre-Est connaît des problèmes de classes sous paillotes et des infrastructures scolaires réalisées sans aucun respect des normes architecturales. Afin  de résorber ces difficultés, le ministère de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation  et ses partenaires techniques et financiers sont à pied d’œuvre pour y apporter des solutions appropriées. C’est le lieu pour moi de remercier, au nom de la communauté éducative de la région,  les autorités ministérielles pour les efforts inlassables qu’elles fournissent pour le bien-être de nos élèves.

S.: Vous assurez que le personnel enseignant requit est disponible ?

L.Z. : Affirmatif. S’il est vrai qu’au départ nous avons eu la chair de poule parce que les prévisions semblaient être en deçà de nos attentes, ces craintes ont été vite levées en regard de la rentrée qui est  effective sur toute l’étendue du territoire régional. En effet, à la date d’aujourd’hui aucune demande de personnel ne m’est parvenue de la part de mes collaborateurs que sont les Directeurs provinciaux de la région, si ce n’est celles relatives aux Instituteurs Principaux, encadreurs de proximités. Mais cela est en passe d’être résolu puisque des sortants de l’Ecole normale supérieure de Koudougou  sont  mis à la disposition de la région pour nécessaire à faire.

S.: Le MENA a pris une décision d’interdire l’ouverture de certains établissements scolaires du secondaire et certains suspendus. Quel commentaire faites-vous de cette mesure ?

L.Z. : Je puis vous rappeler que la mesure concerne tous les segments du MENA : préscolaire, primaire, post-primaire et secondaire. Mon opinion sur la question est sans ambiguïté. Et elle est en droit fil de celle des autorités ministérielles.  C’est une mesure très salutaire qui participe de la  restauration de  l’autorité de l’Etat. Ce dernier ne doit pas tolérer la chienlit dans le pays. Celui qui veut ouvrir un établissement d’enseignement doit se faire délivrer l’autorisation de création puis l’autorisation d’ouvrir en bonne et due  forme. La courte échelle en la matière ne saurait être acceptée tombe sous  le coup des règlements en vigueur dans notre pays. Par conséquent, je soutien fermement la mesure prise par le gouvernement et souhaite que cela soit suivi à la lettre.

S.: Est-ce que le Centre-est est concerné ? SI oui, combien d’établissements concernés ?

L.Z. : Oui.  Notre région est concernée par le phénomène. Je me limiterai à la situation de la DREPPNF-CES, puisque je ne suis pas compétent pour le post-primaire et le secondaire. La situation des établissements suspendus est la suivante : le Préscolaire : 4 ; le Primaire franco-arabe : 10 et le Primaire laïque : 1, soit un total de  15  établissements concernés par cette suspension.

S.: Quel bilan tirez-vous de l’année scolaire 217-2018 ?

 

L.Z. : Si  bilan veut dire résultat. Je puis vous dire que la région a engrangé des lauriers. En effet, au Certificat d’Etudes Primaires, elle a enregistré un pourcentage  de succès  de  65,84% sans les candidats libres et 65,52% avec les candidats libres  et   59  écoles ont fait un pourcentage  de cent pour cent. Quant à l’Entrée en sixième, elle a enregistré  un taux de 41,30%.

 

S: Votre message à l’endroit de la communauté éducative à l‘occasion de cette  rentrée scolaire.

L.Z. : Je voudrais joindre ma voix à celles du Ministre de l’Education Nationale de l’Alphabétisation, Pr Stanislas OUARO et du le Gouverneur de la région du Centre-Est, Antoine Ouédraogo à l’orée de la rentrée, pour souhaiter à toute la communauté éducative de notre région, une bonne rentrée scolaire 2018-2019. Que Dieu Tout Puissant protège notre pays.

Entretien réalisé par
Bougnan NAON