Pose ce 15 octobre à Ouagadougou de la 1re pierre d'une stèle en souvenir à Thomas Sankara, à l'occasion du 31e anniversaire de son assassinat // Le parlement burkinabè demande un suivi rigoureux de ses recommandations relatives à la situation sécuritaire nationale // Le gouvernement  rassure de sa bonne foi à tenir ses engagements en ce qui concerne l'application du protocole d'accord signé avec les syndicats de l'éducation // Les députés burkinabè ont promis de contribuer à l'effort de guerre contre le terrorisme, à hauteur de 1 million FCFA chacun // 




Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Le journaliste inculpé Damiss, toujours en vedette dans les quotidiens burkinabè

11/10/2018
254

Burkina Faso-Presse-Revue

Le journaliste inculpé Damiss, toujours en vedette dans les quotidiens burkinabè

Ouagadougou, 11 oct. 2018 (AIB)-Les quotidiens burkinabè dans leurs livraisons de ce jeudi évoquent le procès du putsch manqué de septembre 2015, mettant en exergue, les déclarations du journaliste inculpé Adama Ouédraogo dit Damiss qui a menacé, la veille, de faire des révélations.

Le quotidien à capitaux publics Sidwaya propose, en guise de titre : «Procès du putsch : +On fait le coup et la déclaration après+, Damiss», citant l’inculpé.

Selon le journal, le journaliste Adama Ouédraogo dit Damiss, encore à la barre du Tribunal militaire, hier mercredi, a surtout été confronté aux avocats de la partie civile.

«Ceux-ci ont notamment cherché à savoir le travail journalistique  que l’accusé a accompli au camp Naaba Koom II dans la nuit du 16 septembre 2015», fait observer Sidwaya.

Et le confrère de se demander : «Comment établir la frontière entre le journaliste en mission de collecte de l’information sur le terrain et le citoyen ordinaire ?».  

Pour leur part, les quotidiens privés Le Quotidien, L’Observateur Paalga et Le Pays reprennent en chœur à leur unes, la menace du journaliste accusé qui dit : «Si on me pousse à bout, je vais parler et certains seront obligés de quitter le pays».

A en croire L’Observateur Paalga, «après sa déposition liminaire la veille, où il a eu l’occasion de dérouler son calendrier du 16 septembre 2015, il (Damiss) s’est prêté aux questions et observations des avocats de la partie civile puis est resté droit dans … sa plume, arguant qu’il s’est rendu au camp Naaba Koom II pour s’enquérir de la situation qui y prévalait».

Le journal ajoute que l’accusé a nié avoir apporté une aide quelconque tendant à consolider le coup d’Etat du général Gilbert Diendéré.

Sidwaya informe que l’interrogatoire de Damiss se poursuit le lundi 15 octobre 2018 à partir de 9h.

Agence d’information du Burkina