Le président du Faso a décidé de la tenue du Conseil supérieur de la défense  désormais chaque deux semaines (Premier ministre) // Levée (très bientôt) des mesures de suspension des regroupements de chauffeurs routiers et des transporteurs suspendus en fin août dernier// Plus de 400 présumés terroristes ont été arrêtés (Ministre de la Sécurité) // Le MPP tient du 15 au 27 septembre 2018, sa rentrée politique // Le gouvernement a adopté ce mercredi 12 septembre en conseil des ministres, la liste des produits soumis à autorisation spéciale d'importation et d'exportation // Le gouvernement burkinabè menace de retirer, d'ici à fin septembre 2018, les parcelles non encore mises en valeur dans la Zone d'activés commerciales et administratives (ZACA) de Ouagadougou // 

      




Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Industrie, justice et sécurité au menu des quotidiens burkinabè

11/09/2018
137

Burkina-Presse-Revue

Industrie, justice et sécurité au menu des quotidiens burkinabè

Ouagadougou, 11 sept. 2018 (AIB) - Les quotidiens burkinabè de ce mardi commentent l’actualité nationale marquée par le procès du putsch manqué de 2015, la situation sécuritaire, notamment à l’Est, sans oublier la question de mévente de l’huile.

«Mévente dans les huileries: A la recherche d’une solution structurelle», arbore en première page, le quotidien public Sidwaya qui informe que les professionnels de l’huilerie au Burkina Faso ont exposé, hier lundi à Ouagadougou, leur préoccupations au Premier ministre Paul Kaba Thiéba.

Le sujet constitue la manchette de L’Observateur Paalga, le doyen des quotidiens privés du Burkina Faso qui titre : «Audience au Premier ministère : Nos industriels ne digèrent pas les entrées d’huiles étrangères».

Pour sa part, le journal privé Le Quotidien affiche : «Les professionnels de l’huilerie chez le Premier ministre : Mettre l’huile sur la liste des produits les mieux contrôlés».

Le même confrère évoquent le procès du coup d’Etat manqué de septembre 2015 dont l’audience s’est poursuivie, la veille, avec du lieutenant Jacques Kolamba Limon.

Le Quotidien reprend les propos de l’accusé qui a déclaré à la barre : «le colonel Sita Sangaré (le directeur de la justice militaire) cherchait à m’enfoncer (…) c’est pourquoi ils ont tripatouillé les SMS».

A ce sujet, Sidwaya mentionne que «la défense veut entendre Sita Sangaré», là où L’Observateur Paalga titre : «Audition lieutenant Jacques Limon : Journée de décryptage des SMS».

De son côté, Le Pays relate que «le lieutenant Limon rejette le rapport d’expertise téléphonique et dit être poursuivi pour avoir refusé de faire signer un marché public dont la procédure n’a pas respecté les normes».

Sous un autre registre, Aujourd’hui au Faso, dans sa rubrique ‘’News du jour’’ renseigne que dans la région de l’Est, un conseiller municipal a été abattu dans le village de Matiacouali.

Pour sa part, Sidwaya parle de «deux civils tués», précisant que  les faits se sont déroulés dans la province du Gourma (Est), hier lundi et qu’il s’agit d’un ex-conseiller tué à Nassougou et d’un commerçant abattu à Ougarou.

Agence d’information du Burkina

ata/ak