Les députés burkinabè ont promis de contribuer à l'effort de guerre contre le terrorisme, à hauteur de 1 million FCFA chacun // Le président du Faso a décidé de la tenue du Conseil supérieur de la défense  désormais chaque deux semaines (Premier ministre) // Le MPP tient du 15 au 27 septembre 2018, sa rentrée politique // Le gouvernement a adopté ce mercredi 12 septembre en conseil des ministres, la liste des produits soumis à autorisation spéciale d'importation et d'exportation // Le gouvernement burkinabè menace de retirer, d'ici à fin septembre 2018, les parcelles non encore mises en valeur dans la Zone d'activés commerciales et administratives (ZACA) de Ouagadougou // 

      




Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Burkina : une rencontre tripartite le 11 septembre pour résoudre la mévente des huiles

10/09/2018
163

Burkina-Industries

Burkina : une rencontre tripartite le 11 septembre pour résoudre la mévente des huiles

Ouagadougou, 10 sept. 2018(AIB)-Une rencontre tripartite entre le gouvernement, les producteurs et importateurs d’huiles aura lieu le 11 septembre 2018, afin de résoudre l’écoulement de plus de 10 000 tonnes.

Les producteurs locaux d’huiles à base de graines de coton ont échangé lundi avec le Premier ministre Paul Kaba Thiéba à Ouagadougou sur les mesures pouvant faciliter l’écoulement de leurs produits qui fait face à une mévente.

«C’est mettre l’huile sur la liste des produits les mieux contrôlés en terme d’importation et de vente pour les populations », a recommandé leur porte-parole Alexandre Zanna.

Il a indiqué aux journalistes que la problématique c’est de trouver une solution pour écouler près de 10 000 tonnes d’huiles repartis, entre les différentes les huileries du Burkina Faso, « à un coût qui nous fera perdre le moins possible».    

Sur une dizaine de propositions, le ministre du Commerce et de l’Artisanat, Harouna Kaboré a souligné qu’il restait quatre points à «débloquer».  A cela s’ajoute, le renforcement des capacités des acteurs en matière de répression de la fraude.

« L’ensemble des actions doit s’étendre à la fermeture des unités clandestines », a-t-il déclaré.

M. Kaboré a expliqué à la presse que si ces mesures étaient appliquées, la crise au sein du secteur pouvait être jugulée.

Une rencontre tripartite entre les producteurs, les importateurs et le gouvernement se tiendra ce mardi 11 septembre à Ouagadougou.

Le groupement professionnel des industriels du Burkina Faso dont celui du secteur des huileries, avait eu des échanges le 3 août 2018, avec le Premier ministre sur les difficultés que traversent actuellement plusieurs industries du pays, notamment la mévente.

Agence d’Information du Burkina

vc-rz/ata