10 Gardes de sécurité pénitentiaire rayés des effectifs de la fonction publique // Le plus important échangeur de Ouagadougou inauguré ce 15 novembre 2018 par le président du Faso// La Semaine nationale de l'internet prévue du 20 au 24 novembre // La Côte d'Ivoire remporte le grand prix du président du Faso du meilleur stand pays au SIAO 2018 //  



Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Burkina/Putsch manqué : le Lieutenant Kolamba Jacques Limon crie encore à «une manipulation» des sms

10/09/2018
325

Burkina/Putsch manqué : le Lieutenant Kolamba Jacques Limon crie encore à «une manipulation» des sms

Ouagadougou, 10 Septembre 2018 (AIB)-Présent une deuxième fois, lundi devant la barre du Tribunal militaire, le Lieutenant Kolamba Jacques Limon a une fois de plus dénoncé «une manipulation» des messages qu’ils auraient échangés avec le capitaine Oussène Zoumbri.

Le parquet militaire a rappelé une nouvelle fois, ce lundi certains messages qu’auraient échangé le Lieutenant Kolamba Jacques Limon avec le capitaine Oussène Zoumbri,lors du putsch manqué de septembre 2015.

L’un deux est articulé comme suit : « A Ouahigouya, c’est trois sections mal équipées ».

Pour le Lieutenant Kolamba Jacques Limon, « ce sont ces genres de messages » qui le confortent dans sa position qu’il s’agit «de la manipulation».

«Comment puis-je être dans mon bureau (au ministère de la Défense) et savoir qu’il y a trois sections à Ouahigouya et en plus qu’elles sont mal équipées» a-t-il affirmé.

L’accusé qui comparaissait lundi pour la seconde fois après le vendredi dernier, a insisté que «les messages sur le procès-verbal d’interrogatoire de fond étaient des échanges de camaraderie avec le capitaine Oussène Zoumbri ».

«Je n’étais pas de cœur avec les putschistes. J'avais plutôt la sympathie  pour un ami (le capitaine Oussène Zoumbri) » a-t-il déclaré.

Selon lui, le parquet cherche à justifier l’injustifiable car il n’arrive pas à prouver qu’elle information, il a donné et «qui a conforté le putsch».

Abondant dans le même sens, l’avocat de l’accusé Me Mamadou Sombié estime que « le parquet est aux abois. Il ne sait pas à quel saint se vouer ».

Mais pour le parquet militaire, le Lieutenant Kolamba Jacques Limon « a été une véritable taupe au cœur du ministère de la Défense en fournissant des informations au capitaine Oussène Zoumbri ».

C’est quand, il a su que le putsch ne marcherai pas selon le parquet militaire,  «qu’il a fait preuve d’un certain nombre d’initiatives qui lui ont valu une décoration de l’autorité».

Agence d’Information du Burkina

Wurotèda Ibrahima SANOU