10 Gardes de sécurité pénitentiaire rayés des effectifs de la fonction publique // Le plus important échangeur de Ouagadougou inauguré ce 15 novembre 2018 par le président du Faso// La Semaine nationale de l'internet prévue du 20 au 24 novembre // La Côte d'Ivoire remporte le grand prix du président du Faso du meilleur stand pays au SIAO 2018 //  



Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Fonction publique: le gouvernement veut une administration performante et innovante (ministre)

10/09/2018
262

Burkina-Administration-Modernisation

Fonction publique: le gouvernement veut une administration performante et innovante (ministre)

Ouagadougou, 10 sept. 2018 (AIB)-  Le gouvernement burkinabè a initié lundi dans la matinée, un Conseil national de modernisation de l’administration publique  pour la rendre plus performante et innovante au profit des usagers du pays.

Selon le représentant du Premier ministre, le ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation (MATD), Siméon Sawadogo, la réalisation des Objectifs de développement durable(ODD) repose sur l’efficacité des systèmes d’administration publique et de gouvernance.

M. Sawadogo s’exprimait lundi à Ouagadougou, à l’occasion de la cérémonie d’ouverture de la session 2018, du Conseil national de modernisation de l’Administration et de la bonne gouvernance (CNMABG).

D’après lui, l’administration burkinabè doit élaborer des stratégies de développement pour être efficace et innovante.

Poursuivant ses explications, le ministre en charge de l’Administration  a rappelé les grandes recommandations de la conférence nationale sur le système de rémunération des agents de l’Etat tenue les 12 et 14 juin dernier et consistant  à améliorer la productivité des travailleurs et la qualité du service public.

Siméon Sawadogo s’est appesanti sur les conclusions de la rencontre qui sont, entre autres, la recherche de l’équité à travers la mise en place d’une grille salariale harmonisée, la mise en œuvre des outils modernes de gestion des  ressources humaines et l’élaboration des tableaux prévisionnels des emplois et des effectifs.

Il a également signalé la mise en place d’un système de contrôle biométrique, la réorganisation institutionnelle des départements ministériels, la réforme des écoles de formation professionnelle…

«Où en sommes-nous avec le chantier de la modernisation et de la bonne gouvernance ?», s’est-t-il interrogé à cet effet.

De son avis, cette rencontre va permettre aux acteurs (Etats-syndicats- travailleurs) d’apprécier l’état de mise en œuvre des orientations en matière de modernisation de l’administration de 2017 et 2018.

Il s’agira, ajoute-t-il, de valider les dispositions pour la réforme de l’administration publique et de la bonne gouvernance pour l’année 2019.

Le président du comité de pilotage de la modernisation de l’administration et de la bonne gouvernance, Séni Ouédraogo, a souligné que  ce rendez-vous constitue une véritable tribune de réflexion pour l’avenir de la fonction publique au Burkina Faso.

Il a conclu que la vision du gouvernement consiste à faire du Burkina, «un Etat droit disposant d’une administration moderne, performante, porteuse de développement, au service de l’intérêt général, du citoyen et de l’usager».

Agence d’information du Burkina

da/no/ak