10 Gardes de sécurité pénitentiaire rayés des effectifs de la fonction publique // Le plus important échangeur de Ouagadougou inauguré ce 15 novembre 2018 par le président du Faso// La Semaine nationale de l'internet prévue du 20 au 24 novembre // La Côte d'Ivoire remporte le grand prix du président du Faso du meilleur stand pays au SIAO 2018 //  



Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Enseignement et sécurité au menu de la presse en ligne burkinabè

08/09/2018
214

Burkina-Presse-Revue

Enseignement  et sécurité au menu de la presse en ligne burkinabè

Ouagadougou, 8 août 2018 (AIB)-La presse en ligne burkinabè commente, ce samedi, l’actualité nationale marquée par la question sécuritaire, sans oublier l’enseignement, avec la sortie, la veille, du ministre en charge de  l’éducation nationale.

«Enseignement au Burkina: 649 établissements clandestins répertoriés par le ministère de l’Éducation», titre Lefaso.net, informant qu’au cours d’une inspection initiée par le ministère de l’Éducation nationale et de l’Alphabétisation, il est ressorti qu’il existe 649 établissements non-reconnus sur le territoire national.

Selon le site d’information, l’annonce a été faite par ministre en charge de l’Éducation, Pr Stanislas Ouaro, au cours d’une conférence de presse tenue vendredi à Ouagadougou.

«Il a également révélé que parmi ces établissements, 423 sont récupérables. En revanche, 226 autres ne le sont pas. Les services du ministère ont procédé à leur fermeture », rapporte Lefaso.net.

Pour sa part, Burkina24.com fait observer que pour la rentrée 2018-2019, le ministère de l’Education nationale a annoncé la fermeture des 226 établissements scolaires irrécupérables.

Quant à Fasozine.com, il rappelle d’emblée que c’est du 23 juillet au 4 août dernier que les services techniques du ministère de l’Education nationale ont effectué une visite de recensement des structures privées d’éducation et d’enseignement sur le territoire national.

«De cette mission, il ressort que 649 établissements ne répondent pas aux conditions édictées par les cahiers de charges », souligne le confrère.

Le même journal en ligne parle de question sécuritaire à travers l’article intitulé: «Komondjari (Est): plusieurs infrastructures administratives incendiées par des individus armés».

A ce sujet, Lefaso.net relate que «des individus armés, se déplaçant à moto, ont attaqué simultanément dans la nuit du jeudi 06 septembre 2018 le poste forestier du village de Tankoalou (localité située à 150km de la ville de Fada N’gourma, à la frontière avec le Niger) et des bâtiments administratifs dans la commune de Bartiebougou».

De son côté, Burkina24.com, citant l’Agence d’information du Burkina (AIB), informe que «des échanges de tirs ont eu lieu au poste de contrôle de la police nationale au petit matin du 8 septembre 2018 dans la région de l’Est, entre des individus armés et les éléments de ce poste».

Agence d’information du Burkina

ata/ak