Le président du Faso a décidé de la tenue du Conseil supérieur de la défense  désormais chaque deux semaines (Premier ministre) // Levée (très bientôt) des mesures de suspension des regroupements de chauffeurs routiers et des transporteurs suspendus en fin août dernier// Plus de 400 présumés terroristes ont été arrêtés (Ministre de la Sécurité) // Le MPP tient du 15 au 27 septembre 2018, sa rentrée politique // Le gouvernement a adopté ce mercredi 12 septembre en conseil des ministres, la liste des produits soumis à autorisation spéciale d'importation et d'exportation // Le gouvernement burkinabè menace de retirer, d'ici à fin septembre 2018, les parcelles non encore mises en valeur dans la Zone d'activés commerciales et administratives (ZACA) de Ouagadougou // 

      




Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Employabilité des jeunes et des femmes :le projet « Tuuma » pour résorber le chômage dans 5 régions

05/09/2018
138


Employabilité des jeunes et des femmes

 

Le projet « Tuuma »pour résorber le chômage dans 5 régions

 

 

Le Projet d’appui à la compétence professionnelle, l’entreprenariat et l’emploi, dénommé « Tuuma »(travail en langue mooré), a été officiellement lancé le mardi 4 septembre 2018 à Bobo-Dioulasso. Couvrant cinq régions dont les Hauts-Bassins, les Cascades, la Boucle du Mouhoun, le Sahel et le Nord, ce projet est prévu se dérouler sur 42 mois, et vise à améliorer l’employabilité des jeunes et des femmes.

 

La lutte contre le chômage des jeunes et des femmes au Burkina Faso, connait un nouveau adhérant. En effet, un projet d’appui à la compétence professionnelle, l’entreprenariat et l’emploi, dénommé « Tuuma »vient de voir le jour. Le lancement dudit projet a eu lieu le mardi 4 septembre 2018 à Bobo-Dioulasso. C’était en présence de représentants des collectivités locales, de directeurs et chefs de services déconcentrés, ainsi que de représentants d’organisations paysannes. Le projet « Tuuma »  est prévu se dérouler sur 42 mois et concernera cinq régions à savoir les Hauts-Bassins, la Boucle du Mouhoun, les Cascades, le Nord, et  la province du Soum, dans la région du Sahel. L’enveloppe allouée pour son exécution, selon son coordonnateur, Thomas Gardiner,  est de 10 millions d’euros, soit environ 6,5 milliards de FCFA. Ce budget, a expliqué le coordonnateur, est cofinancé par l’Union Européenne à travers le fonds fiduciaire d’urgence pour l’Afrique (FFU), et l’Autriche, à travers l’Agence de développement autrichienne (ADA). Le projet, à en croire son coordonnateur, participera ainsi, comme le veut la philosophie du FFU, à « favoriser la stabilité régionale par la dynamisation du tissu économique local en aidant les jeunes et les femmes à développer leurs domaines d’activités ». Suivant les régions choisies, des projets seront financés sur appel, et le premier appel à projets est même attendu courant 2018. Et ces projets concerneront, aux dires de Thomas Gardiner, les secteurs  porteurs tels que l’agro-Sylvio-pastoral, faunique, halieutique et artisanal,  ou le secteur des métiers comme la soudure, la maçonnerie, pour ne citer que ce.

 

13000 emplois et auto emplois attendus

 

Thomas Gardiner a avancé plusieurs contraintes qui, à ses yeux, favorisent ou expliquent la persistance de la pauvreté rurale et la vulnérabilité des populations face à l’exode. Ce sont, entre autres, la faiblesse du revenu des activités habituellement exercées par les femmes et les jeunes, la concentration des emplois formels et durables dans les centres urbains. Et à ces derniers, a poursuivi le premier responsable du projet, s’ajoute le fait que « les activités saisonnières ne permettent pas d’assurer un revenu tout au long de l’année ». Le projet «Tuuma»prévoit, à la fin de sa durée d’exécution, créer 1000 micros et petites entreprises, 13000 emplois et auto emplois. Le coordonnateur du projet a, en outre,  annoncé que 4500 jeunes et femmes devront recevoir une formation, soit en gestion d’affaires, ou en techniques de production, de marketing et de transformation. La cérémonie  de lancement du projet a été présidée par le  gouverneur de la région des Hauts-Bassins, Antoine Atiou. Antoine Atiou a d’abord salué le choix de l’Agence de développement autrichienne ADA pour exécuter le présent projet. « Cette agence qui travaille à nos côtés depuis plus de 20 ans, capitalise une grande expérience dans les domaines du développement rural durable, la formation professionnelle, et le soutien au développement de l’artisanat », a reconnu le gouverneur. Antoine Atiou  s’est ensuite réjoui de la diversité des régions d’intervention, et des bénéficiaires finaux (individus, entreprises, collectivités et acteurs publics) du projet, avant  d’inviter les potentiels demandeurs de subvention à prendre les renseignements nécessaires afin de soumettre des projets viables et bancables. Lesquels renseignements sont déjà disponibles dans les Conseils régionaux et les antennes régionales de « Tuuma » des zones concernées.

Alpha Sékou BARRY