Le président du Faso a décidé de la tenue du Conseil supérieur de la défense  désormais chaque deux semaines (Premier ministre) // Levée (très bientôt) des mesures de suspension des regroupements de chauffeurs routiers et des transporteurs suspendus en fin août dernier// Plus de 400 présumés terroristes ont été arrêtés (Ministre de la Sécurité) // Le MPP tient du 15 au 27 septembre 2018, sa rentrée politique // Le gouvernement a adopté ce mercredi 12 septembre en conseil des ministres, la liste des produits soumis à autorisation spéciale d'importation et d'exportation // Le gouvernement burkinabè menace de retirer, d'ici à fin septembre 2018, les parcelles non encore mises en valeur dans la Zone d'activés commerciales et administratives (ZACA) de Ouagadougou // 

      




Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Burkina/Putsch manqué : Le Lieutenant Philippe Ouattara demande la clémence du Tribunal

05/09/2018
197

Burkina/Putsch manqué : Le Lieutenant Philippe Ouattara demande la clémence du Tribunal

 

Ouagadougou, 5 Septembre 2018 (AIB)-Le Lieutenant Philippe Ouattara a demandé mardi, la clémence du Tribunal militaire pour avoir effectué une mission de patrouille à la place de la Nation et confié une seconde mission au sous-lieutenant Siébou Traoré, lors du putsch manqué de septembre 2015.

 

Devant la barre du Tribunal militaire, ce mardi, le Lieutenant Philippe Ouattara a expliqué que dans la journée du 17 septembre 2015, sous instruction du capitaine Oussène Zoumbri, il s’est rendu à la place de la Nation avec une équipe pour vérifier la présence de manifestants.

 

Sur place, l’officier dit n’avoir trouvé personne mais plutôt un pneu en flamme au milieu de la voie. Une flamme qu’il aurait éteinte.

 

Dans la même soirée du 17 septembre 2015, le capitaine Oussène Zoumbri l’instruit une seconde fois de se rendre toujours à la place de la Nation. Pour cette seconde mission, il dit avoir à son tour instruit le sous-Lieutenant Siebou Traoré qui s’y est rendu à la tête d’une équipe.

 

Cependant, le Lieutenant Philippe Ouattara précise que si le 16 Septembre 2015 déjà, le capitaine Oussène Zoumbri lui avait déjà dit que le conseil des ministres avait été suspendu, ce n’est que le 18 septembre 2015, qu’il apprendra la nouvelle du coup d’Etat.

 

«Le 18 septembre le matin, j’ai vu le communiqué de Bamba. J’étais dépassé, je ne m’attendais pas à cela», a-t-il déclaré devant la barre du Tribunal militaire.

 

Le parquet a félicité l’accusé pour la clarté de son récit mais estimé que sa mission à la Place de la nation était pour un maintien de l’ordre donc de consolidation du coup d’Etat.

 

L’avocat de l’accusé Me Mamadou Sombié, lui s’est interrogé sur l’action que pouvait jouer son client à partir du moment où selon lui, les chefs militaires mêmes s’étaient rangés derrière les putschistes.

 

Le Lieutenant Philippe Ouattara a plaidé non coupable pour les 4 chefs d’accusations pour lesquels il est poursuivi.

 

Il s’agit de complicité d’attentat à la sureté de l’Etat, meurtre sur 13 personnes, coups et blessures volontaires, incitation à commettre des actes contraires au règlement et à la discipline.

Agence d’Information du Burkina

Wurotèda Ibrahima SANOU