Le plus important échangeur de Ouagadougou sera inauguré le 15 novembre 2018 // Le Burkinabè Mathias Sorgho remporte le maillot jaune au Tour du Faso 2018 // La Côte d'Ivoire remporte le grand prix du président du Faso du meilleur stand pays au SIAO 2018 //  Le Burkina classé 3e au Conseil des droits humains de l'ONU (expert) // Apollinaire Compaoré élu président du Conseil national du patronat burkinabè // 



Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Sortie de l’opposition et justice, à la Une des quotidiens burkinabè

05/09/2018
207

Burkina-Presse-Revue

Sortie de l’opposition et justice, à la Une des quotidiens burkinabè

Ouagadougou, 5 sept. 2018 (AIB)-La marche-meeting annoncée par l’opposition politique et le procès du putsch manqué de septembre 2015, constituent les deux sujets phares à la une des quotidiens burkinabè de ce mercredi.

Le journal privé Le Pays arbore en première page: «Gouvernance sociopolitique au Burkina: Le CFOP appelle à une marche-meeting le 29 septembre prochain».

Selon le confrère, le Chef de file de l’opposition politique (CFOP), Zéphirin Diabré a fait une déclaration, hier mardi à Ouagadougou sur l’actualité nationale. Le journal propose l’intégralité de la déclaration du CFOP.

«Gouvernance de Roch: l’opposition retourne dans la rue le 29 septembre», titre pour sa part, L’Observateur Paalga, le plus vieux des quotidiens privés du Burkina Faso.

Dans la même veine, Sidwaya, le quotidien public rapporte que la gestion du pouvoir par la majorité présidentielle n’est du goût de l’opposition politique burkinabè.

«Pour dénoncer la gouvernance chaotique du pouvoir actuel, elle (l’opposition) a appelé les populations à une marche-meeting le samedi 29 septembre 2018», écrit Sidwaya.

Le journal évoque aussi le procès du coup d’Etat manqué du 16 septembre 2015, sous le titre: «Procès du putsch: La volte-face du lieutenant Ouattara».

A lire Sidwaya, à l’audience du procès du putsch manqué, hier mardi, les accusés Philippe Ouattara et Relwendé Compaoré, tous lieutenants, ont expliqué leur version des faits.

«Le lieutenant Philippe Ouattara, 57 ans, à l’orée de sa retraite, est poursuivi pour faits d’attentat à la sûreté de l’Etat, de meurtre, de coups et blessures et d’incitation des soldats à l’indiscipline», relate le journal.

A ce sujet, Le Pays mentionne qu’«à un an de sa retraite, il se retrouve à la barre».

De son côté, le quotidien privé Aujourd’hui au Faso parle des «Révélations du lieutenant Relwendé Compaoré», évoquant la comparution de l’autre accusé.

Quant à L’Observateur Paalga, il reprend en manchette, les propos de Léonce Koné (l’un des accusés civils dans le dossier du putsch manqué) qui déclare dans un entretien: «si rien ne se passe, le procès va continuer avec des pièces falsifiées».

Agence d’information du Burkina

ata/ak