Le président du Faso a décidé de la tenue du Conseil supérieur de la défense  désormais chaque deux semaines (Premier ministre) // Levée (très bientôt) des mesures de suspension des regroupements de chauffeurs routiers et des transporteurs suspendus en fin août dernier// Plus de 400 présumés terroristes ont été arrêtés (Ministre de la Sécurité) // Le MPP tient du 15 au 27 septembre 2018, sa rentrée politique // Le gouvernement a adopté ce mercredi 12 septembre en conseil des ministres, la liste des produits soumis à autorisation spéciale d'importation et d'exportation // Le gouvernement burkinabè menace de retirer, d'ici à fin septembre 2018, les parcelles non encore mises en valeur dans la Zone d'activés commerciales et administratives (ZACA) de Ouagadougou // 

      




Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Burkina : l’opposition dans la rue le 29 septembre pour dénoncer les maux du pouvoir

04/09/2018
280

Burkina-Politique-Opposition

Burkina : l’opposition dans la rue le 29 septembre pour dénoncer les maux du pouvoir

Ouagadougou, 4 sept. 2018 (AIB)-L’opposition politique a invité mardi, les Burkinabè à manifester le 29 septembre prochain contre le régime du président Kaboré, coupable à ses yeux, de treize maux dont l’incapacité à juguler le terrorisme, la corruption et la spéculation foncière.

«L’Opposition politique convie l’ensemble des Burkinabè à une journée nationale de protestation contre la gouvernance de la majorité présidentielle, (le 29 septembre 2018)», lit-on dans une déclaration de son chef Zéphirin Diabré, transmise mardi à l’AIB.

Selon M. Diabré, «avec le régime de Roch Marc Christian Kaboré, les maux que les Burkinabè dénonçaient, sont toujours là en pire».

Il a notamment dénoncé, l’incapacité du pouvoir à lutter contre le terrorisme «qui s’étend aujourd’hui, sur le reste du territoire national», et contre «la misère et la précarité (qui) ne font que s’aggraver».

Le chef de file de l’opposition a aussi dénoncé la crise du logement et les promesses non tenues selon lui, de créations d’emplois pour les femmes et les jeunes.

D’après lui, «le régime du Président Kaboré a relancé la machine de la corruption et de la concussion au Burkina Faso», avec des marchés de gré à gré et les ententes directes.

Zéphirin Diabré a également dénoncé la politisation de l’administration et de la justice, le recul des libertés fondamentales et «la perversion de la démocratie».

L’opposant a noté en outre, «un incivisme qui ne recule pas», «une réconciliation nationale en panne» et «une économie qui ne décolle pas».

«Si l’opposition a temporisé à ce jour, c’est parce qu’elle voulait laisser la chance à nos autorités de corriger le tir et de prendre la bonne direction», s’est justifié M. Diabré.

Zéphirin Diabré a été, entre juin 2013 et octobre 2014, au cœur des contestations qui ont fini par mettre fin aux 27 ans de gestion du président Blaise Compaoré.

Après la Transition (nov.2014-déc.2015), c’est Roch Kaboré, ex Premier ministre de M. Compaoré, entré en dissidence en janvier 2014, qui a été élu au détriment de M. Diabré, ex ministre du Commerce de Blaise Compaoré.

Agence d’information du Burkina

ata/ak

Photo: Jeune Afrique.