Le président du Faso a décidé de la tenue du Conseil supérieur de la défense  désormais chaque deux semaines (Premier ministre) // Levée (très bientôt) des mesures de suspension des regroupements de chauffeurs routiers et des transporteurs suspendus en fin août dernier// Plus de 400 présumés terroristes ont été arrêtés (Ministre de la Sécurité) // Le MPP tient du 15 au 27 septembre 2018, sa rentrée politique // Le gouvernement a adopté ce mercredi 12 septembre en conseil des ministres, la liste des produits soumis à autorisation spéciale d'importation et d'exportation // Le gouvernement burkinabè menace de retirer, d'ici à fin septembre 2018, les parcelles non encore mises en valeur dans la Zone d'activés commerciales et administratives (ZACA) de Ouagadougou // 

      




Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Burkina : la commande publique a coûté plus de 322 milliards de FCFA en 2017

04/09/2018
138

Burkina-Economie-Marchés-Publics-Régulation

Burkina : la commande publique a coûté plus de 322 milliards de FCFA  en 2017

Ouagadougou, 04 sept. 2018 (AIB)–Les marchés publics ont coûté en 2017 au Burkina Faso, plus de 322 milliards de FCFA, a annoncé mardi à Ouagadougou, l’Autorité de régulation de la commande publique (ARCOP). 

2 803 marchés publics d’une valeur de 322 milliards 671 millions 111 mille 801 FCFA ont été conclus en 2017, a indiqué mardi Dramane Millogo.

Le président de l’Autorité de régulation de la commande publique (ARCOP) présentait à des journalistes le rapport d’activités 2017 de sa structure.

En matière de discipline, une dizaine d’entreprises ont été exclues contre 23 en 2016, a-t-il précisé.

M. Millogo a aussi dénoncé certaines mauvaises pratiques des autorités contractantes.

Elles se résument à l’exigence d’un personnel non essentiel dans les dossiers de nettoyage et de gardiennage, à la mauvaise définition de spécification et exigence en matière de vivres et cantines scolaires.

Dramane Millogo a également cité la mauvaise définition du besoin et des échantillons et le refus de mise en œuvre des décisions de son organe.

Agence d’information du Burkina

dw-rz/ata

Photo: Bénéwendé Bidima/Le Quotidien