Le président du Faso a décidé de la tenue du Conseil supérieur de la défense  désormais chaque deux semaines (Premier ministre) // Levée (très bientôt) des mesures de suspension des regroupements de chauffeurs routiers et des transporteurs suspendus en fin août dernier// Plus de 400 présumés terroristes ont été arrêtés (Ministre de la Sécurité) // Le MPP tient du 15 au 27 septembre 2018, sa rentrée politique // Le gouvernement a adopté ce mercredi 12 septembre en conseil des ministres, la liste des produits soumis à autorisation spéciale d'importation et d'exportation // Le gouvernement burkinabè menace de retirer, d'ici à fin septembre 2018, les parcelles non encore mises en valeur dans la Zone d'activés commerciales et administratives (ZACA) de Ouagadougou // 

      




Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Hygiène et assainissement: les règles d’or enseignées à Dédougou

04/09/2018
77

Hygiène et assainissement

 

Les règles d’or enseignées à Dédougou

 

Le programme intégré de communication pour le bien-être de la femme et de l’enfant (BEFEN2) a organisé une session de formation au profit des acteurs-terrains, le dimanche 26 août 2018 à Dédougou. En une journée de travaux, les participants ont reçu les enseignements sur l’hygiène, l’assainissement et le cadre de vie.

 

Le programme intégré de communication pour le bien-être de la femme et de l’enfant (BEFEN2) a tenu une session de formation en faveur des acteurs-terrains le dimanche 26 août 2018 à Dédougou. En une journée de travaux, et avec des spécialistes en assainissement et en hygiène, les représentants des relais communautaires, des membres des clubs d’écoute et des bénéficiaires des quinze villages bénéficiaires de cinq communes de la Boucle du Mouhoun ont été édifiés sur les règles d’hygiène, d’assainissement et le cadre de vie de l’enfant. Cet atelier selon le directeur du Centre des média communautaires, Camille Sawadogo, vise à assurer le bien-être de l’enfant et de la femme à travers une alimentation saine. Pour lui, il est nécessaire que les participants comprennent la malnutrition, ses causes et ses effets afin de mieux prendre en charge des enfants atteints de malnutrition. « Dans le cadre de la malnutrition, même si vous mangez bien, et si l’hygiène n’est pas respectée, vous serez exposé aux maladies. C’est pour éviter des situations de ce genre que le centre des média communautaire africains (CEMECA)  a initié cette formation au profit des acteurs-terrains afin de les amener à respecter les mesures d’hygiène », a expliqué Touze Madi Zina, technicien d’hygiène et d’assainissement à la direction régionale de la santé de la Boucle du Mouhoun. Ainsi, les participants à cette session de formation ont reçu les rudiments sur l’impact du manque d’hygiène sur la santé surtout pour l’enfant, mais aussi sur les relations entre la malnutrition et l’hygiène. Il s’est, en effet, agi de leur enseigner les règles d’or d’hygiène que sont, entre autres, le lavage des mains avant et après les repas, la bonne utilisation des latrines, la protection des aliments, l’approvisionnement en l’eau potable pour la boisson, l’assainissement du cadre de vie, la gestion des déchets biomédicaux. Outre cette phase de sensibilisation, le CEMECA, selon son directeur, travaille à améliorer les conditions de vie des bénéficiaires pour leur permettre de s’affranchir de la pauvreté afin de mieux prendre en charge les enfants. « A la suite de cette formation, nous mettons à la disposition des bénéficiaires des moyens comme les jardins communautaires, des micro-crédits, des séchoirs », a  indiqué Camille Sawadogo. En rappel, en vue de lutter contre la malnutrition des enfants de moins de 5 ans estimée à plus 30% dans la Boucle du Mouhoun, le Centre des médias communautaires africains (CEMECA) a initié le projet « bien-être de la femme et de l’enfant  ». Démarré en janvier 2017 pour une durée de vie 36 mois, le BEFEN2 a déjà travaillé à impacter la vie de dix ménages dans chaque village bénéficiaire qui, à leur tour, doivent contribuer à l’amélioration des conditions de vie de dix autres ménages.

Kamélé FAYAMA