Le président du Faso a décidé de la tenue du Conseil supérieur de la défense  désormais chaque deux semaines (Premier ministre) // Levée (très bientôt) des mesures de suspension des regroupements de chauffeurs routiers et des transporteurs suspendus en fin août dernier// Plus de 400 présumés terroristes ont été arrêtés (Ministre de la Sécurité) // Le MPP tient du 15 au 27 septembre 2018, sa rentrée politique // Le gouvernement a adopté ce mercredi 12 septembre en conseil des ministres, la liste des produits soumis à autorisation spéciale d'importation et d'exportation // Le gouvernement burkinabè menace de retirer, d'ici à fin septembre 2018, les parcelles non encore mises en valeur dans la Zone d'activés commerciales et administratives (ZACA) de Ouagadougou // 

      




Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Burkina/Putsch manqué : le caporal Léonce Sow, l'accusé blanchi

01/09/2018
258

Burkina/Putsch manqué : le caporal Léonce Sow, l'accusé blanchi

Ouagadougou, 1er septembre 2018 (AIB)-Le parquet militaire a finalement décidé vendredi de ne pas entendre le caporal Léonce Sow, car il a été blanchi par la chambre de contrôle.

Accusé de cinq chefs d’accusations lors de l’interrogatoire de sa première comparution devant le juge d’instruction, le caporal Léonce Sow a été par la suite blanchi par la chambre de contrôle.

Ces précédents charges étaient attentat à la sureté de l’Etat, crime et complicité de crime contre l’humanité, association de malfaiteurs, actes et complicité d’actes terroristes, enlèvement et séquestration et dégradation aggravée de biens.

C’est donc un sous-officier au sans aucun chef d’accusation, appelé de sa mission Onusienne, qui était présent ce vendredi devant la barre du Tribunal militaire.

Pour autant, le parquet militaire, appuyé en cela par la partie civile, a souhaité l’entendre dans le dossier comme témoin.

Son avocat Me Mahamadi Sawadogo a marqué son accord.

Cependant, il a plaidé pour une relaxe pure et simple de son client qui de son avis, s’y est retrouvé par « inadvertance».

Le président du Tribunal militaire Seydou Ouédraogo a lui décidé de ne pas l’interroger parce qu’il agit sous le couvert de l’arrêt de renvoi qui n’a rien retenu contre l’accusé.

Deux autres accusés du putsch manqué Ousséini Faïsal Nanema (administrateur de société) et Abdoul Karim Baguian (commerçant) ont introduites vendredi, des demandes de liberté provisoires pour raison de santé.

Leurs demandes devront connaitre un délibéré du Tribunal militaire le lundi prochain.

Agence d’Information du Burkina

Wurotèda Ibrahima SANOU