Le plus important échangeur de Ouagadougou sera inauguré le 15 novembre 2018 // Le Burkinabè Mathias Sorgho remporte le maillot jaune au Tour du Faso 2018 // La Côte d'Ivoire remporte le grand prix du président du Faso du meilleur stand pays au SIAO 2018 //  Le Burkina classé 3e au Conseil des droits humains de l'ONU (expert) // Apollinaire Compaoré élu président du Conseil national du patronat burkinabè // 



Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Campagne cotonnière 2018-2019 : l’UNPCB dans les champs de coton

31/08/2018
295

Campagne cotonnière 2018-2019

 

L’UNPCB dans les champs de coton

 

L’Union nationale des sociétés coopératives de producteurs de coton du Burkina (UNPCB) a effectué une visite de champs de coton, le lundi 27 août 2018, dans le département de Karangasso Sambla. Cette sortie marque le début d’une tournée dans les 28 provinces cotonnières du Burkina Faso.

 

L’Union nationale des sociétés coopératives de producteurs de coton du Burkina (UNPCB) était dans les champs de coton ce lundi 27 août 2018. Une délégation de la structure a, en effet, effectué une sortie dans le département de Karangasso Sambla, dans la province du Houet. Et c’est le champ de Fiékientié Traoré, situé précisément dans le hameau de culture de Sogoyogou, qui a été à l’honneur lors de cette première sortie. S’étalant sur une superficie de 20 hectares (ha), ce  champ a été foulé par les visiteurs du jour, avec en leur tête, le deuxième vice-président de l’UNPCB, Drissa Koté. La campagne écoulée, a avancé M. Koté, les producteurs de coton ont été surpris par un certain nombre de  difficultés dont l’invasion des ravageurs. Et selon lui, c’est pour éviter de pareilles circonstances que l’UNPCB a initié cette tournée.

 

Physionomie des plants satisfaisante

 

A l’issue de la visite, le chef de la mission du jour a affirmé être satisfait de la physionomie des plants. « Les semis, la levée, et la floraison sont encourageants. Par rapport à la saison écoulée, il y a eu moins de ravageurs », a laissé entendre le chef de la délégation. La même satisfaction est partagée par le coordonnateur de l’UNPCB, Kalo Millogo. Pour le coordonnateur, la sortie dans les champs était une nécessité. « Cette année nous nous sommes dit en conseil d’administration qu’il était nécessaire de sortir sur le terrain voir le déroulement de la campagne », a déclaré Kalo Millogo. L’UNPCB étant la faitière nationale des cotonculteurs, il est impératif, à ses dires, qu’elle travaille en étroite collaboration avec les producteurs et leur apporter son soutien, surtout technique. Tout en félicitant le producteur « modèle »visité pour son engagement,  le coordonnateur de la boîte l’a invité à rester toujours vigilant face à d’éventuelles menaces de ravageurs. Une occasion d’ailleurs, qui lui est offerte d’appeler l’ensemble  des producteurs à suivre scrupuleusement les itinéraires techniques. A écouter Kalo Millogo, la sortie de Karangasso Sambla est la première étape d’une tournée nationale. Une tournée qui les mènera dans toutes les 28 provinces cotonnières, regroupant toutes les sociétés cotonnières.

 

Au moins 7000 tonnes attendues à Karangasso Sambla

 

Le producteur hôte de la visite, lui-même, est optimiste dans ses prévisions. Il a dit attendre au moins 30 tonnes de sa superficie si tout va bien. Un optimisme qu’affiche également le président de l’Union provinciale des sociétés coopératives de producteurs de coton du Houet, Bakary Traoré. « Partout là où j’ai passé, les producteurs apprécient les insecticides »,  a déclaré Bakary Traoré. La physionomie des cotonniers dans l’ensemble de la province, à l’écouter, donne de l’espoir. Il suffit maintenant, à s’en tenir à ses propos, que la pluviométrie aille jusqu’à octobre, pour que les rendements soient au rendez-vous dans la province. Au moins 7000 tonnes, a fait savoir le président de l’union provinciale, sont attendues dans le seul département de Karangasso Sambla. Et cela malgré la crise qui qui a touché quelques localités de la province. L’engagement des producteurs toujours en activité, a assuré Bakary est en passe de compenser ce vide. En espérant un retour dans la production des producteurs « frondeurs », les saisons à venir.

 

Alpha Sékou BARRY