Le président du Faso a décidé de la tenue du Conseil supérieur de la défense  désormais chaque deux semaines (Premier ministre) // Levée (très bientôt) des mesures de suspension des regroupements de chauffeurs routiers et des transporteurs suspendus en fin août dernier// Plus de 400 présumés terroristes ont été arrêtés (Ministre de la Sécurité) // Le MPP tient du 15 au 27 septembre 2018, sa rentrée politique // Le gouvernement a adopté ce mercredi 12 septembre en conseil des ministres, la liste des produits soumis à autorisation spéciale d'importation et d'exportation // Le gouvernement burkinabè menace de retirer, d'ici à fin septembre 2018, les parcelles non encore mises en valeur dans la Zone d'activés commerciales et administratives (ZACA) de Ouagadougou // 

      




Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Cour d’appel de Bogandé : 17 dossiers inscrits au rôle

29/08/2018
114

Cour d’appel de Bogandé : 17 dossiers inscrits au rôle

 

Bogandé (AIB)-Les assises criminelles de la Cour d’appel de Fada N’Gourma siégeant dans la salle d’audience du Tribunal de grande instance (TGI) de Bogandé , ont débuté ce lundi 27 Août 2018 et prendront fin le 1er septembre.

 

Au total, 17 dossiers contenant des chefs d’accusations portant, entre autres, sur des coups et blessures volontaires, homicide volontaire, coups mortels, des tentatives de viols, des complicités de tentative d’assassinats, d’assassinats , de viols et séquestration, enlèvement de mineurs par violence et fraude, d’incendie volontaire et de tentative de meurtre, de meurtre, etc. qui sont inscrits à l’ordre du jour des assises criminelles de la Cour d’appel de Fada N’Gourma siégeant à Bogandé . A l’occasion, huit autres dossiers correctionnels seront jugés.

Pour le premier président Péongniné Alexis Kambiré , la délocalisation de ses assises criminelles au Tribunal de Grande Instance de Bogandé, vise principalement à rapprocher la justice aux justiciables en réduisant les distances et une occasion de les sensibiliser en disant le droit tout au long de ses assises. Le procureur général près la Cour d’appel de Fada N’Gourma, Rasmané Bikienga a invité les juges commis à la tâche à ne dire rien que le droit.  

Les conditions sont réunies pour « donner la saveur à cette session » a-t-il indiqué.

Les peines encourus par les accusés peuvent aller de 10 ans ferme à la réclusion à vie.

                   Oyé Ardjima Yempabou TINDANO