Le président du Faso a décidé de la tenue du Conseil supérieur de la défense  désormais chaque deux semaines (Premier ministre) // Levée (très bientôt) des mesures de suspension des regroupements de chauffeurs routiers et des transporteurs suspendus en fin août dernier// Plus de 400 présumés terroristes ont été arrêtés (Ministre de la Sécurité) // Le MPP tient du 15 au 27 septembre 2018, sa rentrée politique // Le gouvernement a adopté ce mercredi 12 septembre en conseil des ministres, la liste des produits soumis à autorisation spéciale d'importation et d'exportation // Le gouvernement burkinabè menace de retirer, d'ici à fin septembre 2018, les parcelles non encore mises en valeur dans la Zone d'activés commerciales et administratives (ZACA) de Ouagadougou // 

      




Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Réélection d’IBK : L’ambassadeur du Mali au Burkina invite au respect des résultats

23/08/2018
123

Mali-Politique-Election

Réélection d’IBK : L’ambassadeur du Mali au Burkina invite au respect des résultats

 

Ouagadougou, 23 août 2018. (AIB)-Suite à la réélection de Ibrahim Boubacar Kéita (IBK), l’ambassadeur du Mali au Burkina Faso Amadou Soulalé a invité jeudi, au respect des résultats, alors qu’une partie de l’opposition les conteste toujours.

 

«Les Maliens ont fait leur choix et le choix des Maliens doit être respecté de tous, car le président Ibrahim Boubacar Kéita (IBK) a été réélu de manière éclatante», a assuré jeudi, Amadou Soulalé.

 

L’ambassadeur du Mali au Burkina Faso, s’exprimait lors d’une conférence de presse à Ouagadougou.

 

D’après lui, «la réélection de IBK à la présidence du pays pour un second mandat, découle du fait que les Maliens dans leur grande majorité, ont cru en lui et soutiennent son programme de développement».

 

Les Maliens vivant au Burkina Faso ont participé à ce vote et cela a été salué par leur premier représentant.

 

En rappel, IBK a remporté le second tour de l’élection présidentielle malienne avec 67,16% des voix contre 32,84% pour son challenger Soumaila Cissé.

 

Malgré la décision du Conseil constitutionnel, ces résultats sont contestés par le camp de M. Cissé.

 

«On ne saurait parler de bourrage d’urnes ni de manipulation de résultats. Aucune irrégularité dans le processus de comptage n’a été observée ou portée à l’attention des observateurs nationaux et internationaux déployés sur le terrain », a dit Amadou Soulalé.

Agence d’information du Burkina

or-ms/ata