10 Gardes de sécurité pénitentiaire rayés des effectifs de la fonction publique // Le plus important échangeur de Ouagadougou inauguré ce 15 novembre 2018 par le président du Faso// La Semaine nationale de l'internet prévue du 20 au 24 novembre // La Côte d'Ivoire remporte le grand prix du président du Faso du meilleur stand pays au SIAO 2018 //  



Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Groupe d’auto-défense koglwéogo de Tenkodogo :le siège saccagé, trois motos incendiées

20/08/2018
536

Groupe d’auto-défense koglwéogo de Tenkodogo

Le siège saccagé, trois motos incendiées

Tenkodogo, (AIB) - Le siège du groupe d’auto-défense koglwéogo, situé au secteur n°3 de Tenkodogo, a été entièrement saccagé aux environs de 16 heures le mardi 14 août 2018 par une foule nombreuse en furie.

Plus de seccos, plus de hangar, plus de lieu d’interrogatoire et pas de koglwéogo en vue dans leur sanctuaire. Tout au siège, est parti en fumée y compris les trois motos personnelles de koglwéogo qui avaient été envoyés en mission. C’est le constat que nous avons fait à notre arrivée sur le lieu dans la matinée du mercredi 15 août 2018. «Ce qui s’est passé dans notre siège, c’est trois de nos éléments qui ont volé deux chèvres, égorgé et vendre avec des bouchers du marché de Tenkodogo dans la nuit du 13 au 14 août 2018. 

Le propriétaire des dites chèvres les a reconnues à l’abattoir», nous a relaté le secrétaire générale (SG) des Koglwéogo de Tenkodogo, Moumouni Ouédraogo. Pour mieux comprendre, les bouchers et les propriétaires des animaux se sont rendu au siège des koglwéogo le mardi 14 août vers 10 heures, avec les carcasses des animaux déjà dépecés. Ces derniers ont déclaré avoir acheté ces chèvres avec les trois «soldats» koglwéogo. Une fois au siège, ils ont exigé à voir les koglwéogo en question qui leurs ont vendu les bêtes. 

A l’issu des explications, les responsables du groupe d’autodéfense ont demandé à ce qu’ils se retrouvent dans l’après à 15 heures, les trois  éléments des leurs accusés étant en mission dans un village. Ces derniers ont reconnu les faits qui leurs sont reprochés, tout en précisant que les dits animaux tués et vendus étaient mourants à l’issue des interrogations. Il leur a été  reproché de n’avoir pas informé la hiérarchie de la situation. A entendre les responsables, ces faits sont connus comme une faute grave et puni par loi des koglwéogo en la matière. «Cette loi stipule que tout membre koglwéogo qui commettrait de fautes graves doit être jugé et corrigé dans un siège autre que leur siège d’origine. Cela éviterait des subjectivismes dans l’application des sanctions», a précisé le SG, Moumouni Ouédraogo. Pour réparer ce préjudice, les propriétaires des chèvres ont été dédommagés à hauteur de 60 000 francs CFA. 

Déclarés désormais coupables, deux ont été amenés au siège koglwéogo de Bittou et le troisième dans un village à quelques encablures de Tenkodogo pour être corrigés. Les bouchers n’ont pas voulu entendre de cette oreille et ont exigé à ce que la correction soit faite publiquement au siège de Tenkodogo. La pomme de discorde est donc née du refus des responsables à l’application de cette loi correctionnelle au siège. La population a souhaité que de la manière les voleurs sont sévis publiquement, les trois fautifs devraient être corrigés de la sorte. N’ayant pas eu satisfaction de leur exigence, la population présente au siège s’est déchaîné en saccageant les seccos, le hangar et incendié les trois motos personnelles de koglwéogo qui avaient été envoyés en mission. Face à cette situation, le SG Moumouni Ouédraogo dit s’en remettre à la décision qui sera prise à l’issu d’une assemblée générale qui aura lieu les jours à venir.

Bougnan NAON