Le président du Faso a décidé de la tenue du Conseil supérieur de la défense  désormais chaque deux semaines (Premier ministre) // Levée (très bientôt) des mesures de suspension des regroupements de chauffeurs routiers et des transporteurs suspendus en fin août dernier// Plus de 400 présumés terroristes ont été arrêtés (Ministre de la Sécurité) // Le MPP tient du 15 au 27 septembre 2018, sa rentrée politique // Le gouvernement a adopté ce mercredi 12 septembre en conseil des ministres, la liste des produits soumis à autorisation spéciale d'importation et d'exportation // Le gouvernement burkinabè menace de retirer, d'ici à fin septembre 2018, les parcelles non encore mises en valeur dans la Zone d'activés commerciales et administratives (ZACA) de Ouagadougou // 

      




Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Campagne agricole 2018-2019: le nouveau mécanisme de distribution des intrants et équipements agricoles expliqué à Tenkodogo

13/08/2018
168

Campagne agricole 2018-2019

Le nouveau mécanisme de distribution des intrants et équipements agricoles expliqué à Tenkodogo

Tenkodogo, (AIB) - Le ministre de l’Agriculture et des Aménagements hydrauliques, à travers sa Direction générale des productions végétales, a animé à Tenkodogo, un atelier d’information sur le nouveau mécanisme de distribution des intrants, équipements agricoles et animaux de trait subventionnés de la campagne agricole 2018-2019, au profit des préfets et des maires de la région du Centre-Est.

Dans l’objectif d’améliorer la productivité et la production agricole, le gouvernement du Burkina Faso met en œuvre un programme de subvention des intrants, équipements agricoles et animaux de trait au profit des producteurs vulnérables. Au titre de la campagne agricole 2018-2019, ce sont environ 7 000 tonnes de semences sèches, 1 150 000 boutures, 16 000 tonnes d’engrais minéraux, 11 tonnes d’activeur de compost, 1 000 tonnes de fumure organique, 27 200 unités de matériels agricoles et près de 10 500 animaux de trait qui seront distribués aux agriculteurs pour une valeur totale de 16 milliards de francs CFA. Cet important effort du gouvernement devrait permettre d’améliorer les performances des systèmes de production au cours de la présente campagne agricole, afin de combler le déficit céréalier enregistré au cours de la campagne agricole précédente. Cependant, le contexte de mise en œuvre des opérations se caractérise, cette année, par le refus des agents du ministère en charge de l’Agriculture, à travers leur syndicat, d’assurer la distribution des intrants, équipements agricoles et animaux de trait aux producteurs. Face à cette situation, le Ministre de l’agriculture et des aménagements hydrauliques (MAAH) a entrepris de relire le mécanisme de distribution des appuis qui accorde un rôle central aux structures locales telles les Chambres régionales d’agriculture (CRA), les préfectures, les mairies, les Comités villageois de développement (CVD). L’objectif global de l’atelier régional d’information qui est organisé par le MAAH, à travers sa Direction générale des productions végétales (DGPV), est d’expliquer aux préfets, aux maires et aux organisations paysannes, le nouveau mécanisme distribution des intrants, équipements agricoles et animaux de trait aux producteurs et d’assurer une gestion efficiente de ces intrants, équipements agricoles et animaux de trait en vue d’améliorer  leur impact sur la productivité agricole.Le gouverneur de la région du Centre-Est, Antoine Ouédraogo, a précisé que cet atelier est organisé en vue de sauver les opérations de mise à disposition des semences, des engrais, des équipements et des animaux de trait aux producteurs vulnérables. Il a, pour ce faire, a lancé un appel aux organisations paysannes notamment aux CRA et à la Confédération paysanne du Faso (CPF), pour qu’elles assument leurs responsabilités dont l’une est de faciliter l’accès de leurs adhérents et de leurs membres aux services qui sont fournis par l’Etat. Le chef de mission du MAAH, Albert Traoré, a précisé qu’au regard du caractère spécifique du mécanisme, un suivi/supervision rapproché des opérations doit être assuré  à tous les niveaux. Antoine Ouédraogo a demandé au MAAH de trouver un mécanisme qui permettra définitivement aux producteurs d’avoir accès aux intrants et équipements agricoles sans être les otages des agents de l’Etat. Au regard des enjeux de cet atelier pour sa région et pour le pays, le gouverneur Ouédraogo a invité les préfets et les maires à des échanges francs et constructifs afin que les résultats qui en sortiront permettent aux producteurs bénéficiaires de disposer rapidement des facteurs de production qui leur sont destinés. Le représentant de la SONAGESS a aussi porté à la connaissance des participants des informations sur l’opération de vente de vivres à prix social dans la région.

Bougnan NAON