Le plus important échangeur de Ouagadougou sera inauguré le 15 novembre 2018 // Le Burkinabè Mathias Sorgho remporte le maillot jaune au Tour du Faso 2018 // La Côte d'Ivoire remporte le grand prix du président du Faso du meilleur stand pays au SIAO 2018 //  Le Burkina classé 3e au Conseil des droits humains de l'ONU (expert) // Apollinaire Compaoré élu président du Conseil national du patronat burkinabè // 



Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

MGF et mariage précoce : femmes militaires et paramilitaires sollicitées pour la lutte

10/08/2018
344

Burkina-Société-Santé


MGF et mariage précoce: femmes militaires et paramilitaires sollicitées


Ouagadougou, le 10 août 2018. (AIB) - Le Groupe d’action, de lobbying et de plaidoyer (GALOP) a tenu hier jeudi, une séance de sensibilisation et de plaidoyer sur la lutte contre les mutilations génitales féminines (MGF) et les mariages précoces à l’endroit des femmes militaires et paramilitaires.


«La MGF reste une triste réalité dans 29 pays africains avec des prévalences variant entre 90 et 25%. Au Burkina, elle est estimée chez les femmes de 15 à 49 ans en 2015 à 67,3%, avec une tendance à la baisse chez les enfants de 0 à 14 ans chez qui on observe un taux de 11%», a déclaré la présidente du GALOP, Sika Kaboré, Première dame.


En ce concerne les mariages des mineurs, «si on y prend pas garde, en 2050 la moitié des filles mariées avant 18 ans seront africaines» a-t-elle prédit.


Au regard de cette situation, Mme Kaboré lance un appel à travailler dans le renforcement des actions entreprises par le gouvernement, les organisations de la société civile et les partenaires techniques et financiers dans un esprit de solidarité afin de vaincre efficacement ces fléaux.


Pour Mariam Lamizana, présidente de Voix de femmes «cette journée de sensibilisation et de plaidoyer à l’endroit des corps habillés est importante, car ce sont des professionnelles chargées de la sécurité et aussi des mères de famille».


Une fois de retour dans leurs casernes, elles vont sensibiliser les autres membres du corps pour qu’ils comprennent le bien-fondé de la lutte et la raison pour laquelle il faut l’accélérer, a renchéri Mme Lamizana.


Le GALOP est composé des femmes de membres du gouvernement, de l’épouse du président de l’Assemblée nationale, des épouses de personnalités politiques ainsi que de personnes-ressources et de bonne volonté.


Agence d’Information du Burkina

ho/ys/bl

Source: L'Observateur Paalga

Crédit photo: Queen MAFA