Pose ce 15 octobre à Ouagadougou de la 1re pierre d'un mémorial en souvenir à Thomas Sankara, à l'occasion du 31e anniversaire de son assassinat // Le parlement burkinabè demande un suivi rigoureux de ses recommandations relatives à la situation sécuritaire nationale // Le gouvernement  rassure de sa bonne foi à tenir ses engagements en ce qui concerne l'application du protocole d'accord signé avec les syndicats de l'éducation // Les députés burkinabè ont promis de contribuer à l'effort de guerre contre le terrorisme, à hauteur de 1 million FCFA chacun // 




Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Burkina: Un mouvement de la diaspora salue l’adoption du nouveau code électoral

09/08/2018
299

Burkina-Diaspora-Code électoral


Burkina: Un mouvement de la diaspora salue l’adoption du nouveau code électoral


Ouagadougou, 9 août 2018. (AIB) - «C’est le moment», un mouvement politique de la diaspora a exprimé jeudi sa satisfaction du vote du nouveau code électoral par l’Assemblée nationale burkinabè qui consacré désormais la participation des burkinabè de l’extérieur aux élections.


«Le mouvement ‘’c’est le moment’’ lance un appel à toute la diaspora dans le monde entier à se mobiliser partout pour promouvoir notre code électoral et festoyer en grande pompe car notre lutte a payé», a lancé le président du mouvement politique «C’est le moment», Moumouni Pograwa.


M. Pograwa s’exprimait lors d’une conférence de presse animée par un mouvement de la diaspora burkinabè sur le thème «la position de la diaspora sur le nouveau code électoral». Il s’agit de représentants venus du Ghana, de la Côte d’Ivoire et des USA.


De l’avis du président du mouvement,«tous ceux qui réclament la carte consulaire comme document de vote se fourvoient ou se trompent de sujet car l’Autorité supérieure de contrôle d’Etat et de la lutte contre la corruption (ASCE-LC) avait fait une enquête en décembre 2016 en Côte d’Ivoire, qui avait conclu que la carte consulaire n’est pas fiable».


«Nous avions clairement dénoncé la validité, le choix de l’opérateur, la non-sécurisation des données qui pouvaient laisser cours à leur manipulation (des cartes consulaires ndlr) et la non-fiabilité de cette carte en cas d’élection, le Gouvernement n’a fait que répondre à nos revendications», a-t-il précisé.


M. Prograwa a cependant annoncé que le gouvernement en réponse à leurs revendications entend envoyer des missions afin d’établir des certificats de nationalité et des cartes nationale d’identité burkinabè (CNIB).


«La diaspora estimant tous ses droits reconnus, respectés et pris en compte par ce code électoral, l’adopte sans réserve et félicite le gouvernement pour le respect de la parole donnée», s’est réjoui, Moumouni Pograwa.


L’Assemblée nationale burkinabè a adopté le 30 juillet dernier un nouveau code électoral qui permet désormais à la diaspora de participer aux élections avec certains documents notamment la carte nationale d’identité burkinabè (CNIB) et le passeport tout en excluant la carte consulaire.


Agence d’Information du Burkina

ms-or/als/bl

Crédit photo: Burkina24.com