Le président du Faso a décidé de la tenue du Conseil supérieur de la défense  désormais chaque deux semaines (Premier ministre) // Levée (très bientôt) des mesures de suspension des regroupements de chauffeurs routiers et des transporteurs suspendus en fin août dernier// Plus de 400 présumés terroristes ont été arrêtés (Ministre de la Sécurité) // Le MPP tient du 15 au 27 septembre 2018, sa rentrée politique // Le gouvernement a adopté ce mercredi 12 septembre en conseil des ministres, la liste des produits soumis à autorisation spéciale d'importation et d'exportation // Le gouvernement burkinabè menace de retirer, d'ici à fin septembre 2018, les parcelles non encore mises en valeur dans la Zone d'activés commerciales et administratives (ZACA) de Ouagadougou // 

      




Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Plus de 30 milliards injectés dans la gratuité des soins de santé en 2017

04/08/2018
256

 

Burkina- Santé- Gratuité

Plus de 30 milliards injectés dans la gratuité des soins de santé en 2017

Ouagadougou, 3 août 2018. (AIB) - La mise en œuvre de la gratuité des soins de santé a coûtéplus de 30 milliards de francs CFA en 2017, a déclaré, vendredi 3 août, le Secrétaire technique chargé de la couverture sanitaire universelle du ministère de la Santé Dr Pierre Yaméogo, lors d’une conférence publique.


Le gouvernement burkinabè et ses partenaires ont injecté plus de 30 milliards de francs CFA en 2017 dans la mise en œuvre de la gratuité des soins de la population, a dit le Secrétaire chargée de la couverture sanitaire universelle, Pierre Yaméogo. De son avis, la région du centre à elle seule a enregistré une dépense de plus de 4 milliards.


Selon Dr Yaméogo, la croissance en consultation des enfants de moins de 5 ans est passée de 1,7 en 2012 à 3,1 en 2017. Et cela a favorisé, d’après le chargé de la couverture sanitaire universelle, la chute du paiement direct des ménages à partir de 2016.


Il a du reste indiqué que la gratuité ne concerne pas seulement les médicaments mais aussi les consultations, les hospitalisations, le carburant pour les évacuations, etc.


Toutefois, des dysfonctionnements concernant la mise en œuvre de la mesure ont été relevés aussi bien par M. Yaméogo que par le directeur exécutif des Réseaux accès médicaments essentiels (RAME), Simon Kaboré et par le représentant du Syndicat de la santé humaine et animale (SYNTSHA), Dr Bertrand Méda.


Ces dysfonctionnements se résument entre autres à des ruptures des médicaments dans les centres de santé, à la fraude des médicaments par certains patients, au non-respect de la gratuité par certains agents de santé, au manque de compréhension de la mesure par certains bénéficiaires.


Depuis 2008, la gratuité des soins existe au Burkina Faso dans les districts sanitaires de Tougan, Seguenega, Sebba et Dori et sa mise en œuvre est assurée par des ONG internationales, a rappelé Dr Yaméogo.


La gratuité des soins des enfants de moins de cinq ans et des femmes enceintes a été mise en œuvre par le président du Faso Roch Marc Christian Kaboré en avril 2016.


Agence d’Information du Burkina

ms-ys/bl