10 Gardes de sécurité pénitentiaire rayés des effectifs de la fonction publique // Le plus important échangeur de Ouagadougou inauguré ce 15 novembre 2018 par le président du Faso// La Semaine nationale de l'internet prévue du 20 au 24 novembre // La Côte d'Ivoire remporte le grand prix du président du Faso du meilleur stand pays au SIAO 2018 //  



Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Bam/Crise foncière entre Bonga et Wattigué : Des vieux de Wattigué réagissent

31/07/2018
577

Bam/Crise foncière entre Bonga et Wattigué : Des vieux de Wattigué réagissent

Kongoussi, 31 juil. 2018 (AIB) - Dans une lettre datée du 21 juillet 2018 et parvenue mardi à l’AIB, des vieux du village de Wattigué dans la commune de Rollo (province du Bam), donnent une autre lecture de la crise foncière qui les oppose au village de Bonga (commune de Bourzanga).

Ousseni  Guirakoya, Iliassa Maïga, Arouna Kindo, El Adj Saïdou Maïga, le conseiller du village Salam Maïga, le président du conseil villageois de développement (CVD) Moussa Gansonré,  ont indiqué que le village de Wattigué est une propreté foncière du village de Kabo dans la commune de Ouindigui (province du Loroum).

 D’après eux, le chef de Kabo a autorisé leurs grands-parents, il y a plusieurs décennies, à s’installer à Wattigué (commune de de Rollo, province du Bam).

 «C’est le chef de KABO que nous reconnaissons comme autochtone de Wattigué. Par conséquent, nous rejetons catégoriquement ce que disent le chef du village de Bonga et sa suite à propos de notre village.

Avant d’introduire notre demande d’érection de Wattigué en village en 2013 auprès des autorités compétentes, nous avons recueilli un avis favorable du chef de Kabo. Et pour conclure, nous assurons l’opinion, que le village de Wattigué n’a jamais été une propriété du village de Bonga et ne le sera jamais»,  ont-ils indiqué dans leur lettre.

S’interrogeant sur les vrais mobiles de cette crise, les signataires de la lettre invitent le gouvernement à contribuer à régler le litige qui les oppose à Bonga, de manière pacifique pour une cohabitation apaisée.

«Nous ne comprenons pas pourquoi depuis des décennies nous n’avons pas de problèmes avec le village Kabo qui, relève d’ailleurs d’une autre région et c’est avec nos frères d’une même province que nous nous querellons pour des histoires de portions de terre», soulignent-ils dans la lettre.

En rappel, le 12 juillet dernier, des ressortissants du village de Bonga ont remis une lettre aux autorités départementales de Bourzanga, dans laquelle,ils leur demandaient d’annuler les arrêtés érigeant Baoghin et  Wattegué en villages, pris en 2013.

Une sortie du ministre d’Etat en charge de la décentralisation Alfred Gouba sur les lieux en 2016 avait permis d’apaiser les tensions.

Mais depuis mis juin 2018, les protagonistes se regardent en chiens de faïence et menacent de s’affronter, si rien n’est fait.

Agence d’Information du Burkina

ar/ata/ak