27 pays africains attendus au 15e SIAO, du 26 octobre au 4 novembre 2018 // Pose de la 1re pierre d'un mémorial en souvenir à Thomas Sankara, ce 15 octobre à Ouagadougou, à l'occasion du 31e anniversaire de son assassinat // Le parlement burkinabè demande un suivi rigoureux de ses recommandations relatives à la situation sécuritaire nationale // Le gouvernement  rassure de sa bonne foi à tenir ses engagements en ce qui concerne l'application du protocole d'accord signé avec les syndicats de l'éducation // Les députés burkinabè ont promis de contribuer à l'effort de guerre contre le terrorisme, à hauteur de 1 million FCFA chacun // 




Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Procès putsch manqué et conférence sur le référentiel de développement, en couverture des quotidiens burkinabè

10/07/2018
290

Burkina Faso-Presse-Revue

Procès putsch manqué et conférence sur le référentiel de développement, en couverture des quotidiens burkinabè

Ouagadougou, 10 juil. 2018 (AIB) - Les journaux burkinabè de ce mardi évoquent principalement la conférence internationale sur le Plan national de développement économique et social (PNDES, référentiel de développement au Burkina Faso), débutée la veille, ainsi que le procès du putsch manqué de septembre 2015 dont les auditions des accusés se poursuit.

«Procès putsch manqué : l’adjudant-chef-major Badiel avance la thèse du complot contre sa personne», titre le quotidien privé Aujourd’hui au Faso.

Selon ce journal, hier lundi, l’adjudant-chef-major, Eloi Badiel a été appelé à la barre à répondre des faits d’attentat à la sûreté de l’Etat, de meurtre et de coups et blessures volontaires pour son implication dans le dossier du coup d’Etat manqué du 16 septembre 2015.

«Il a reconnu partiellement les faits qui lui sont reprochés en l’occurrence le premier chef d’accusation, avant de déclarer qu’il a l’impression d’être victime d’un complot de la part de ses frères d’armes tendant à lui faire porter l’entière responsabilité des actes posés», relate le confrère.

De son côté, le journal Le Pays fait observer que «l’adjudant-chef-major Eloi Badiel reconnait avoir fait arrêter les autorités de la Transition».

Pour sa part, Le Quotidien, autre journal privé, affiche en manchette : «Procès du putsch du RSP (Régiment de sécurité présidentielle, Ndlr) : L’adjudant-chef-major Badiel Eloi, l’homme qui a coordonné le putsch :+Je ne pouvais plus reculer+».

Le même journal évoque la conférence internationale sur le Plan national de développement économique et social (PNDES), débutée la veille, à Ouagadougou, affichant les propos du Premier ministre Paul Kaba Thiéba qui estime que «les résultats d’étape (du PNDES) sont très encourageants».

Dans le même ordre d’idée,  le quotidien national Sidwaya mentionne en première page : «PNDES : Des résultats d’étape encourageants», là où Aujourd’hui au Faso renchérit en ces termes : «Thiéba-le monsieur-PNDES au rapport : +Ce référentiel national marche vers sa réalisation+».

Agence d’information du Burkina

ak/ata