Le président du Faso a décidé de la tenue du Conseil supérieur de la défense  désormais chaque deux semaines (Premier ministre) // Levée (très bientôt) des mesures de suspension des regroupements de chauffeurs routiers et des transporteurs suspendus en fin août dernier// Plus de 400 présumés terroristes ont été arrêtés (Ministre de la Sécurité) // Le MPP tient du 15 au 27 septembre 2018, sa rentrée politique // Le gouvernement a adopté ce mercredi 12 septembre en conseil des ministres, la liste des produits soumis à autorisation spéciale d'importation et d'exportation // Le gouvernement burkinabè menace de retirer, d'ici à fin septembre 2018, les parcelles non encore mises en valeur dans la Zone d'activés commerciales et administratives (ZACA) de Ouagadougou // 

      




Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Echos de l’Ouest

28/06/2018
380

Echos de l’Ouest

 

Le "shitoumou"est encore là !

 

Les fameuses chenilles de karité appelées"shitoumou", en langue dioula, tant prisées à Bobo-Dioulasso et dans sa contrée, ont fait  leur première apparition en fin de semaine écoulée sur différents marchés de la ville de Sya.  Habituellement, il fallait attendre début juillet pour voir apparaitre ces chenilles (à ne pas confondre avec les chenilles légionnaires), mais cette fois-ci, les pluies assez prématurées ont été favorables aux papillons géniteurs des chenilles. Cela, à la satisfaction des amateurs qui en raffolent d’année en année, et surtout de ces nombreuses femmes bobos qui en ont fait un véritable business. Pour l’instant, le prix d'une boite de tomate de "shitoumou"tourne pour l’instant  autour de 3000 FCFA. En pleine saison, cette même quantité est livrée à moins de 500F. Que ce soit en sandwich ou en crudité, le "shitoumou" est déjà bien présent aux abords des artères des quartiers autochtone de Dioulassoba et de bolomakoté.

Des bus SOTRACO, gratuits ce vendredi à Bobo-Dioulasso 

Ce vendredi 29 juin 2018, la Société de transport en commun (SOTRACO) procédera au début d’exploitation de son réseau à Bobo-Dioulasso. Dans un premier temps, ce réseau intègrera huit lignes ordinaires et deux « lignes spéciales étudiants ». De sources de ladite société, les lignes spéciales vont desservir directement l’Université Nazi Boni à partir des points de regroupement. Par contre, les huit lignes du réseau ordinaire partiront de la place Tiéfo Amoro pour desservir les terminus périphériques. Et comme cadeau de démarrage, la direction générale a décidé d’offrir aux habitants de Bobo-Dioulasso, une journée « bus gratuits »,question de leur permettre de découvrir le confort des bus, mais surtout les différents itinéraires.

Un malade se donne la mort par pendaison à Gaoua 

Un homme dont l’âge est compris entre 25 et 30 ans s'est  pendu dans le salon de sa grand-mère maternelle, le mercredi 27 juin 2018 au secteur 3 de Gaoua. Avec ce cas,  de 2017  à ce mois de juin 2018, la cité de Bafuji est  à son quatrième décès par pendaison. Il s’est donné la mort en utilisant  la charpente centrale  du toit et un filet de toilette. Selon les voisins, la victime souffrait de troubles mentaux depuis la localité de Bondoukou en Côte d’Ivoire, d’où il avait été ramené par sa mère pour des soins. Pendant qu’il suivait des traitements pour venir à bout de son mal, par moment  il menaçait de se donner la mort.

Des produits périmés saisis au Sud-Ouest 

La direction régionale du commerce, de l’industrie et de l’artisanat du Sud-Ouest a saisi six tonnes de produits impropres à la consommation  dans la région, courant 2017-2018. L’annonce a été faite  par les premiers responsables de la direction, lors d’une conférence de presse le  mardi 26 juin 2018 à Gaoua. Ces saisies  sont composées de farine, de lait, de conserves, de boissons, de céréales et autres. Ils seront   incinérés, a-t-on appris. Encore une fois, les autorités interpellent les acteurs du commerce et les transformateurs, sur leurs responsabilités dans la prévention de la santé des consommateurs à qui sont proposés leurs produits.

Procès du magistrat Ervé Dabonné contre le journal Mutation : suite et fin le 30 juillet prochain 

Le jugement du dossier opposant le journal bimensuel Mutation au juge Ervé Dabonné (Ndlr : sur une affaire de diffamation à l’encontre du juge Dabonné) s’est poursuivi le lundi 25 juin 2018 devant la Cour d’appel de Bobo-Dioulasso. Ce procès fait suite à un appel fait sur la procédure par le conseil du prévenu, le directeur de publication de Mutation, Touwendinda Zongo. A entendre un de ses avocats, Me Guy Hervé Kam, leurs reproches sont plus dirigés sur la forme de la procédure.  Et les points contestés sont entre autres, la procédure de citation, et la responsabilité du prévenu cité dans le dossier. M. Zongo, selon son conseil, n’est pas « civilement » responsable (car n’assurant pas la publication du journal). Seul le directeur de l’entreprise assurant la publication du journal, « Mutation communication SARL », Idrissa Barry, pourrait l’être, mais il n’est pas cité  dans le dossier. Pour les avocats du camp adverse, les faits de diffamations sont bien caractérisés et le conseil du prévenu jouerait aux prolongations pour ne pas aller dans le fonds du dossier, car « ils savent qu’ils n’ont rien de consistant à dire ». Me Christophe Birba qui en est un, a dit être certain qu’il n’y a rien de sérieux à  reprocher à la procédure. Pour lui, le débat n’avait même pas lieu d’être, car le juge n’a pas été légalement saisi sur la question. Après un procès marathon de plus de trois heures, le président de la Cour a renvoyé le délibéré au 30 juillet 2018. 

BEPC 2018 : 26,7 % d’admis au premier tour Dans les Hauts Bassins 

Les résultats du BEPC sont disponibles depuis le 26 Juin 2018. Dans la région des Hauts-Bassins, le taux d’admission au premier tour est de 26,7%. Au total, ce sont 11 069 qui ont été déclarés admis au premier tour dans les Hauts Bassins. 16 387 postulants sont allés retenter leur chance au second tour. Dans la région, c’est la province du Tuy qui a obtenu le meilleur score avec 30,1%. Elle est suivie du Houet, 26,4% et du Kénédougou 25,6%. Sur les 42 486 inscrits ce sont 41 423 qui se sont effectivement présentés dans les différents centres d’examen. 1043 candidats pour des raisons diverses se sont absentés