Le président du Faso a décidé de la tenue du Conseil supérieur de la défense  désormais chaque deux semaines (Premier ministre) // Levée (très bientôt) des mesures de suspension des regroupements de chauffeurs routiers et des transporteurs suspendus en fin août dernier// Plus de 400 présumés terroristes ont été arrêtés (Ministre de la Sécurité) // Le MPP tient du 15 au 27 septembre 2018, sa rentrée politique // Le gouvernement a adopté ce mercredi 12 septembre en conseil des ministres, la liste des produits soumis à autorisation spéciale d'importation et d'exportation // Le gouvernement burkinabè menace de retirer, d'ici à fin septembre 2018, les parcelles non encore mises en valeur dans la Zone d'activés commerciales et administratives (ZACA) de Ouagadougou // 

      




Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Education préscolaire : le CEEP du secteur N°4 de Zorgho clôt ses activités

11/06/2018
337

Education préscolaire

Le CEEP du secteur N°4 de Zorgho clôt ses activités

Zorgho, (AIB) - Le Centre d'éveil et d'éducation préscolaire (CEEP) du secteur n°4 de Zorgho a clos ses activités de l'année scolaire 2017-2018, ce 6 juin 2018. Placée sous la présidence de Toukoumnogo Jacques Kaboré, maire de la commune de Zorgho, et le parrainage de El hadj Hamado Kaboré, chargé d'études au Premier ministère, la cérémonie a été marquée par des allocutions entrecoupées de chants, de ballets, de sketchs, de comptines et un défilé de mode des enfants.

Le Centre d’éveil et d’éducation préscolaire (CEEP) du secteur N°4 de Zorgho a clos ses activités, ce 6 juin 2018. Après neuf mois d’activités intenses, l’heure est venue pour les 98 pensionnaires (53 filles et 45 garçons) du centre de profiter d’un repos mérité auprès de leurs parents.  

La cérémonie de clôture a été riche en couleurs. Autorités administratives, avec le haut-commissaire de la province en tête ; autorité politiques, coutumières, religieuses et parents se sont mobilisés pour la circonstance.  Ce fut l’occasion pour les enfants de montrer au public un pan de ce qu’ils ont appris au cours de cette année.

Avec joie, ils se sont livrés à diverses prestations en chant, ballet, comptine, sketch et défilé de mode, au grand bonheur de leurs parents. Dans les prises de parole, leur représentante a remercié les parents d’avoir compris l'importance de l'éducation préscolaire. Elle a plaidé auprès des autorités pour sa gratuité afin que tous les enfants de 3 à 6 ans aient accès à des centres pour préparer leur cycle primaire.

Quant à Saïdou Sawadogo, président du Comité de gestion (COGES) du CEEP, il a exprimé sa gratitude au parrain et à toutes les autorités présentes à la cérémonie. Il a indiqué que le COGES a mené tout son programme d'activités de 2017-2018, non sans difficultés. Il a alors plaidé pour l’amélioration des conditions de vie des enfants à travers l'extension du domaine, la réfection des bâtiments, la réalisation de latrines et l’acquisition de jouets. Il a fini en remerciant le maire et la directrice provinciale de l’éducation préscolaire, primaire et non-formelle pour l'accompagnement.

Celle-ci, à son tour, a salué la disponibilité et la mobilisation des parents. Outre l’insuffisance des moyens financiers, elle a relevé l’insuffisance de personnel comme difficulté vécue par le CEEP. C’est pourquoi, tout comme le président du COGES, elle a sollicité l’accompagnement de la mairie pour résorber ces difficultés.

Pour le parrain, tout développement qui se veut durable passe par l'éducation, en commençant par son premier maillon qui est l'éducation préscolaire. Il a joint sa voix à celle du maire pour féliciter et encourager les enfants et leurs éducateurs pour le travail abattu. Il a invité tous les acteurs à continuer dans cette lancée et appelé les parents à inscrire ou à réinscrire leurs enfants l'année prochaine.

Le maire, avant de souhaiter bonnes vacances aux enfants et à leurs éducateurs, a témoigné sa gratitude au parrain. Pour les doléances soulevées, il a pris l’engagement de poser le problème au conseil municipal pour la recherche de solutions idoines.

Moïse SAMANDOULGOU