10 Gardes de sécurité pénitentiaire rayés des effectifs de la fonction publique // Le plus important échangeur de Ouagadougou inauguré ce 15 novembre 2018 par le président du Faso// La Semaine nationale de l'internet prévue du 20 au 24 novembre // La Côte d'Ivoire remporte le grand prix du président du Faso du meilleur stand pays au SIAO 2018 //  



Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Lutte contre l’extrémiste violent et le terrorisme :le CGD pose le débat de la collaboration entre civils et FDS

30/05/2018
541

Lutte contre l’extrémiste violent et le terrorisme

Le CGD pose le débat de la collaboration entre civils et FDS

Manga, (AIB) - Le Centre pour la gouvernance démocratique (CGD) a organisé, le samedi 26 mai 2018 à Manga, dans la région du Centre-Sud, une conférence publique avec comme centre d’intérêt la collaboration entre civils et Forces de défense et de sécurité (FDS) dans la lutte contre l’extrémisme violent et le terrorisme.

Le Burkina Faso, à l’instar d’autres pays sahéliens, connaît une situation sécuritaire précaire en raison de la montée de l’extrémisme violent et des attaques terroristes. Pour combattre avec efficacité le mal, le Centre pour la gouvernance démocratique (CGD) a posé le débat, au cours d’une conférence publique organisée à Manga, le samedi 26 mai 2018. Placée sous le thème : « Quelle collaboration entre civils et Forces de défense et de sécurité (FDS) dans la lutte contre l’extrémisme violent et le terrorisme », la conférence a permis aux participants de plancher sur les solutions pour la mutualisation des efforts contre les maux suscités. Dans son exposé, la consultante du CGD, Mariama Sawadogo, a rappelé, sur la base d’études réalisées par son organisation en 2015, que la communication entre les FDS et les civils souffre d’une part d’un manque de confiance et d’autre part de la « peur de la tenue » par les civils. Elle a expliqué que certains informateurs hésitent souvent à s’ouvrir aux pandores à cause de leur comportement quelques fois violent et des procédures compliquées auxquelles ils sont soumis. Pour briser ces barrières, Mme Sawadogo a cité, entre autres solutions, l’organisation de séances de sensibilisation sur le rôle des FDS et de jeux ou d’actions impliquant les deux parties. Dans la bataille contre le terrorisme, il importe également, a fait savoir Mme Sawadogo, que les civils s’informent davantage sur les numéros verts disponibles, participent à la veille citoyenne et s’engagent résolument dans les Initiatives locales de sécurité (ILS) en collaboration avec les « hommes de tenue ». De leur côté, les FDS, a-t-elle ajouté, doivent protéger les informateurs, alléger les procédures et faire connaître leurs missions aux populations. Estimant que la paix est une quête perpétuelle, elle a appelé à une franche collaboration, soutenue et pérenne, entre tous les fils et filles du pays. C’est à ce prix, a-t-elle conclu, que l’on pourra venir à bout de l’insécurité galopante et instaurer un climat de paix et de quiétude sur toute l’étendue du territoire nationale.

Mamady ZANGO