Le président du Faso a décidé de la tenue du Conseil supérieur de la défense  désormais chaque deux semaines (Premier ministre) // Levée (très bientôt) des mesures de suspension des regroupements de chauffeurs routiers et des transporteurs suspendus en fin août dernier// Plus de 400 présumés terroristes ont été arrêtés (Ministre de la Sécurité) // Le MPP tient du 15 au 27 septembre 2018, sa rentrée politique // Le gouvernement a adopté ce mercredi 12 septembre en conseil des ministres, la liste des produits soumis à autorisation spéciale d'importation et d'exportation // Le gouvernement burkinabè menace de retirer, d'ici à fin septembre 2018, les parcelles non encore mises en valeur dans la Zone d'activés commerciales et administratives (ZACA) de Ouagadougou // 

      




Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

France: un homme condamné pour racisme à l’encontre d’un rugbyman d’origine burkinabè

18/04/2018
1 177

France: un homme condamné pour racisme à l'encontre d'un rugbyman d'origine burkinabè

Un homme a été condamné mardi à six mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel d'Orléans (centre de la France) pour avoir proféré des insultes racistes visant le rugbyman international français d'origine burkinabè Fulgence Ouédraogo.

L'homme de 35 ans était poursuivi pour "menace de mort réitérée commise en raison de la race, de l'ethnie, la nation ou la religion".

A deux reprises, les 2 et 17 décembre 2017, cet homme sans emploi avait publié des commentaires haineux et menaçants sur le compte instagram d'Ariane Brodier, une comédienne qui partage la vie de du capitaine de l'équipe de Montpellier (Top 14).

Au moment où la jeune femme enceinte faisait partager sa grossesse à ses fans sur les réseaux sociaux, elle était devenue la cible d'injures à caractère raciste en raison de son lien avec le sportif burkinabè. Ariane Brodier avait dénoncé ces insultes.

L'homme était allé jusqu'à faire part de son intention de s'en prendre à son compagnon, menaçant de "lui tirer une balle dans la tête" et de "lui couper la tête".

Rapidement identifié et entendu par les gendarmes, il avait avoué être raciste. Devant le tribunal correctionnel, le prévenu a plaidé la bêtise et la jalousie.

Agence France Presse