10 Gardes de sécurité pénitentiaire rayés des effectifs de la fonction publique // Le plus important échangeur de Ouagadougou inauguré ce 15 novembre 2018 par le président du Faso// La Semaine nationale de l'internet prévue du 20 au 24 novembre // La Côte d'Ivoire remporte le grand prix du président du Faso du meilleur stand pays au SIAO 2018 //  



Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Cadre de concertation communal : la commune de Boudry tient sa première session de l’année 2018

17/04/2018
578

Cadre de concertation communal

La commune de Boudry tient sa première session de l’année 2018

Zorgho, (AIB) - Les membres statutaires du Cadre de concertation communal (CCCo) de Boudry (15 km au Sud-Ouest de Zorgho) se sont réunis le mercredi 14 mars 2018 pour leur première session de l’année. Ce fut dans la salle de réunions de la mairie, sous la présidence du maire Djibril Zoéringré.

Il s’est agi, au cours de cette session, d’échanger sur la deuxième édition de la Lettre de politique de développement rural décentralisé (LPDRD) et les textes sur le CCCo, d’examiner le rôle des élus locaux, des Comités villageois de développement (CVD) et des services techniques déconcentrés dans le cadre de la décentralisation et enfin de faire le bilan de la mise en œuvre du Plan annuel d’investissement communal.

Pour le maire de la commune, le CCCo est une tribune de dialogue et d’échanges pour la conception et l’appropriation des politiques communales de développement. A l’en croire, les échanges permettront aux participants de s’impliquer dans les actions entreprises par le conseil municipal durant son mandat. C’est pourquoi, dès l’ouverture de la session, il a remercié la Coopération décentralisée Nouvelle Aquitaine-Plateau central, le Laboratoire Citoyennetés, Solidar Suisse et la Direction régionale de l’étude et de la planification (DREP) du Plateau central, tous des partenaires dont l’accompagnement a permis la tenue de la session.

La présentation de la 2e édition de la LPDRD et des textes sur les CCCo qui a suivi le mot introductif du maire a permis aux participants de prendre connaissance entre autres des principes de la LPDRD à travers les quatre niveaux de décentralisation (national, régional, provincial, communal). Elle a aussi permis d’examiner la problématique de la concertation, les mécanismes de mise en œuvre de la concertation et la démarche d’animation des cadres de concertation.

Pour la communicatrice, Fatimata Ouédraogo/Rouamba de la DREP du Plateau central, l’adoption de nouveaux textes sur les cadres de concertation conformément aux principes de la LPDRD, constitue une avancée dans le processus de décentralisation dans notre pays. « Il n’y a pas de développement local sans concertation », a-t-elle indiqué. C’est pourquoi elle a demandé l’engagement et l’adhésion de tous les acteurs du développement aux nouveaux textes sur les cadres de concertation qui sont des instruments à leur service.

Le point sur le rôle des élus locaux et des Comités villageois de développement (CVD) dans le cadre de la décentralisation présenté par le Secrétaire général de la province (SGP) du Ganzourgou, Martin Bako, a éclairé plus d’un. Si les élus locaux ont déjà reçu une formation sur leur rôle, ce n’est pas le cas des CVD. Conséquence, des confusions de rôles entrainant des mésententes dans les villages. Le SGP a alors rappelé que l’institution des CVD répond au souci d’une bonne articulation entre la décentralisation et le développement local. Il a donné le rôle du conseiller municipal, celui du conseil municipal, du maire et cité les attributions du CVD avant de les inviter à la complémentarité pour le développement des villages. Il a aussi expliqué le rôle des services techniques déconcentrés dans le cadre de la décentralisation.

Christophe Bonkoungou, secrétaire général de la mairie, avec l’aide du comptable, a clos la série des communications avec la présentation du bilan 2017 du Plan annuel investissement communal (PAIC) de Boudry et les perspectives pour 2018. A l’en croire, 17 activités étaient programmées au cours de 2017 et au 31 décembre de ladite année, 14 activités ont pu être réalisées pour un montant de 99,690 millions de francs CFA contre 134,718 millions de francs CFA prévus. Pour 2018, les prévisions d’investissement s’élèvent à 125,495 millions de francs CFA.

Les participants ont positivement apprécié les informations reçues au cours de cette session. Ils ont émis le vœu que les CVD puissent bénéficier de renforcement de capacités sur leur rôle pour plus d’efficacité.

Moïse SAMANDOULGOU