Le président du Faso a décidé de la tenue du Conseil supérieur de la défense  désormais chaque deux semaines (Premier ministre) // Levée (très bientôt) des mesures de suspension des regroupements de chauffeurs routiers et des transporteurs suspendus en fin août dernier// Plus de 400 présumés terroristes ont été arrêtés (Ministre de la Sécurité) // Le MPP tient du 15 au 27 septembre 2018, sa rentrée politique // Le gouvernement a adopté ce mercredi 12 septembre en conseil des ministres, la liste des produits soumis à autorisation spéciale d'importation et d'exportation // Le gouvernement burkinabè menace de retirer, d'ici à fin septembre 2018, les parcelles non encore mises en valeur dans la Zone d'activés commerciales et administratives (ZACA) de Ouagadougou // 

      




Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Promotion de l’éducation des filles : l’association Dawla Seno cherche des familles d’accueil

17/04/2018
432

Promotion de l’éducation des filles

L’association Dawla Seno cherche des familles d’accueil

Dori, (AIB) - L’association Dawla Seno, avec l’appui financier du Fonds mondial pour les femmes, a organisé, le samedi 24 mars 2018 à Dori, un atelier de réflexion pour la recherche de familles d’accueil pour les filles qui réussissent à l’examen du Certificat d’études primaires (CEP) et à l’entrée en 6e.

 

Financée par le Fonds mondial pour les femmes, l’association Dawla Seno fait de l’éducation de la fille, depuis 2014, son cheval de bataille. Pour ce faire, elle récompense les trois meilleures filles de 12 villages de la commune de Dori en kits scolaires, vélos et vêtements. Selon la secrétaire générale de l’association, Aissatta Dicko, les frais de scolarité, de fournitures et de tenue scolaire des filles ayant obtenu leur CEP et admises à l’entrée en 6e sont pris en charge par l’association. « Pour le CEP 2017, sur 45 filles, seules 37 ont bénéficié de l’appui de l’association. Les 8 restantes n’ont pas pu poursuivre leurs études à Dori, par manque de tuteurs. En 2016 également, 9 filles sur 14 ont continué et les 5 autres sont restées au village pour la même raison », a déploré Aissatta Dicko. C’est pourquoi elle a indiqué que l’atelier de réflexion de Dori a été organisé en vue de chercher des familles d’accueil pour ainsi permettre aux filles qui obtiendront leur CEP et l’entrée en 6e de poursuivre leurs études. A cet effet, la quarantaine de participants, essentiellement des femmes leaders venues de Dori et des localités environnantes où il y a un CEG, a été invitée à contribuer à la promotion de l’éducation des filles en facilitant leur accueil à la rentrée scolaire prochaine. « Le message à l’endroit des femmes a été simple : soit elles-mêmes elles accueillent une à deux filles, soit elles trouvent des familles qui pourront le faire. Au préalable, ces femmes doivent avoir l’aval de leurs maris avant de prendre tout engagement », a expliqué la secrétaire générale de l’association. Une fois cette étape passée, a-t-elle ajouté, une visite de terrain sera organisée pour sensibiliser les familles d’accueil. Mme Dicko a en outre précisé que deux béliers seront remis aux familles pour l’embouche et serviront du coup de fonds de roulement pour la prise en charge des filles. Pour le conférencier, Joseph Yaméogo, par ailleurs chef de la circonscription d’éducation de base de Dori III, dans les villages qui gravitent autour de Dori, lorsque les filles réussissent au CEP et à l’entrée en 6e, les parents sont réticents à les envoyer dans les localités qui possèdent des CEG par manque de tuteurs. De son avis, cela pourrait s’expliquer par les agressions physiques et morales de toutes sortes que subissent certaines filles. A l’entendre, les parents préféraient compromettre l’éducation des filles, pourtant admises en 6e , de peur que celles-ci reviennent avec des grossesses à la place des diplômes. La Direction provinciale de l’éducation préscolaire, primaire et non-formelle du Séno a salué les efforts consentis par l’association en faveur de l’éducation des filles, d’où son engagement à accompagner cette initiative.

Souaibou NOMBRE