Burkina : une bousculade fait six morts à Ouagadougou après un prêche religieux / le  Chef de file de l'opposition politique, Zéphirin Diabré, après des échanges avec le président du Faso ce jeudi, a estimé que le vote des Burkinabè de l'étranger est "un droit absolu" / le gouvernement va soutenir la filière coton avec une enveloppe de plus de 14 milliards / 
Flash info : 



Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Kantchari : Un mort et une centaine de déplacés dans un conflit inter-communautaire

16/04/2018
1 160

Kantchari : Un mort et une centaine de déplacés dans un conflit inter-communautaire

Fada N’Gourma, 16 avril 2018 (AIB)-Une centaine de personnes appartenant à la communauté Peulh de Kantchari ont été contraintes à la fuite, à la suite de représailles organisées par des Gourmantché (majoritaires) pour disent-ils, venger la mort d’un des leurs.

 La journée du dimanche 15 avril 2018 a été tragique pour les habitants de Barimagou et de Poulo, deux hameaux de culture distants d’environ 30 kilomètres de la commune de Kantchari (160km de Fada N’Gourma), située dans la province de la Tapoa, région de l’Est.

En effet, nous a rapporté une source locale, un Gourmantché du nom de Nadjoari Djapaga, cultivateur résident à Poulo, a trouvé la mort tôt dimanche, suite à une altercation avec un Peulh.

C’est au centre de santé et de promotion sociale (CSPS) de Sakoani, non loin des hameaux de culture, qu’il a succombé à ses blessures, nous a précisé la même source, jointe au téléphone.

 La réaction de la communauté Gourmantché de la localité a été fatale. Une dizaine de concessions incendiées et environ cent personnes de la communauté Peulh contraintes à la fuite.

Parmi ces dernières, 51 enfants, une trentaine de femmes et 11 chefs de ménage.

D’autres sources bien informées nous ont appris que les Peulhs ont déserté les lieux, de crainte des représailles des Gourmantché.

Ce lundi 16 avril 2018, le calme serait revenu suite aux négociations des autorités locales auprès des notables.

Agence d’Information du Burkina

js/ata