Les députés burkinabè ont promis de contribuer à l'effort de guerre contre le terrorisme, à hauteur de 1 million FCFA chacun // Le président du Faso a décidé de la tenue du Conseil supérieur de la défense  désormais chaque deux semaines (Premier ministre) // Le MPP tient du 15 au 27 septembre 2018, sa rentrée politique // Le gouvernement a adopté ce mercredi 12 septembre en conseil des ministres, la liste des produits soumis à autorisation spéciale d'importation et d'exportation // Le gouvernement burkinabè menace de retirer, d'ici à fin septembre 2018, les parcelles non encore mises en valeur dans la Zone d'activés commerciales et administratives (ZACA) de Ouagadougou // 

      




Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Kantchari : Un mort et une centaine de déplacés dans un conflit inter-communautaire

16/04/2018
1 899

Kantchari : Un mort et une centaine de déplacés dans un conflit inter-communautaire

Fada N’Gourma, 16 avril 2018 (AIB)-Une centaine de personnes appartenant à la communauté Peulh de Kantchari ont été contraintes à la fuite, à la suite de représailles organisées par des Gourmantché (majoritaires) pour disent-ils, venger la mort d’un des leurs.

 La journée du dimanche 15 avril 2018 a été tragique pour les habitants de Barimagou et de Poulo, deux hameaux de culture distants d’environ 30 kilomètres de la commune de Kantchari (160km de Fada N’Gourma), située dans la province de la Tapoa, région de l’Est.

En effet, nous a rapporté une source locale, un Gourmantché du nom de Nadjoari Djapaga, cultivateur résident à Poulo, a trouvé la mort tôt dimanche, suite à une altercation avec un Peulh.

C’est au centre de santé et de promotion sociale (CSPS) de Sakoani, non loin des hameaux de culture, qu’il a succombé à ses blessures, nous a précisé la même source, jointe au téléphone.

 La réaction de la communauté Gourmantché de la localité a été fatale. Une dizaine de concessions incendiées et environ cent personnes de la communauté Peulh contraintes à la fuite.

Parmi ces dernières, 51 enfants, une trentaine de femmes et 11 chefs de ménage.

D’autres sources bien informées nous ont appris que les Peulhs ont déserté les lieux, de crainte des représailles des Gourmantché.

Ce lundi 16 avril 2018, le calme serait revenu suite aux négociations des autorités locales auprès des notables.

Agence d’Information du Burkina

js/ata