Burkina : une bousculade fait six morts à Ouagadougou après un prêche religieux / le  Chef de file de l'opposition politique, Zéphirin Diabré, après des échanges avec le président du Faso ce jeudi, a estimé que le vote des Burkinabè de l'étranger est "un droit absolu" / le gouvernement va soutenir la filière coton avec une enveloppe de plus de 14 milliards / 
Flash info : 



Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

L'Afrique en bref du dimanche 15 avril

15/04/2018
200

L'Afrique en bref du dimanche 15 avril

Mali-conflit-France-ONU

BAMAKO - "Une quinzaine" d'assaillants ont été tués lors de l'attaque qui visait à "prendre le contrôle" du "Super Camp" de l'ONU et de la force française Barkhane samedi à Tombouctou, dans le nord du Mali, ont annoncé dimanche les autorités françaises.

Un Casque bleu a été tué et une dizaine d'autres blessés. Sept militaires français, également blessés, ont été pris en charge par les structures médicales françaises à Gao, à quelque 320 km à l'est de Tombouctou, a indiqué dimanche l'état-major français. "Au moins 15 terroristes ont été mis hors de combat", a-t-il précisé.

L'assaut contre le camp, qui abrite le QG de la Mission de l'ONU au Mali (Minusma) et des hommes de Barkhane, à proximité de l'aéroport de la ville, a duré plus de quatre heures.

Mali-conflit-droitsHomme

BAMAKO - Deux groupes armés maliens, le MSA et le GATIA, ont qualifié samedi de "scandaleuses" et "fausses" des allégations, rapportées par un haut responsable de l'ONU, les accusant d'être responsables d'une centaine d'"exécutions sommaires" dans la région frontalière avec le Niger qu'ils contrôlent.

Guillaume Ngefa, directeur de la division des droits de l'homme de l'ONU et représentant du haut-commissaire aux droits de l'homme au Mali, avait indiqué jeudi avoir reçu des informations faisant état notamment "d'exécutions sommaires d'au moins 95 personnes, qui seraient accusées de terrorisme ou de banditisme, et qui auraient été tuées lors des opérations menées par une coalition de groupes armés" dans la région de Menaka.

Mali-droitsHomme-minorités

BAMAKO - Le gouvernement malien a annoncé dimanche que des poursuites avaient été engagées à l'encontre d'un maire ayant ordonné aux Peuls de "quitter" sa commune du centre du pays, une région où des dizaines de personnes ont péri dans de récents affrontements entre les communautés peules et dogons.

Algérie-gouvernement

ALGER - Le Premier ministre algérien, Ahmed Ouyahia, a émis le souhait que le président Abdelaziz Bouteflika brigue un 5e mandat l'an prochain, une semaine après un appel en ce sens du chef du parti au pouvoir.

Togo-politique

LOME - Les chefs d'Etat de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'ouest ont appelé samedi à Lomé à des réformes constitutionnelles dans le respect "des normes et principes de la démocratie et de l'Etat de droit".

Niger-jeunesse

NIAMEY - Les autorités de Niamey ont annoncé samedi la fermeture sine die de tous les lieux de détente le long des rives du fleuve Niger, après une série de noyades d'adolescents.

UE-migrations-France

PARIS - L'archevêque de Paris, Mgr Michel Aupetit, s'est rendu dimanche à la rencontre de migrants installés dans un imposant campement dans le nord-est de la capitale, en signe de fraternité et d'"écoute".

En France, "aujourd'hui, nous avons les moyens peut-être d'accueillir plus que ce que nous faisons", a-t-il avancé.

Pendant une heure, Mgr Aupetit a déambulé le long des tentes serrées sous les ponts et rencontré de petits groupes de migrants, pour beaucoup originaires du Soudan et d'Erythrée, installés le long du canal de Saint-Denis.

Israël-migrations

JERUSALEM - Plus de 200 migrants africains illégaux détenus dans une prison du sud d'Israël vont être libérés dimanche à la suite d'une décision de la Cour suprême, ont annoncé les services de l'immigration.

Zambie-économie

LUSAKA - Après Maputo, Lusaka ? Les bailleurs de fonds et les investisseurs internationaux redoutent l'existence en Zambie d'une "dette cachée" semblable à celle qui a plongé le Mozambique voisin dans la crise, malgré les dénégations répétées de ses autorités.

Depuis plusieurs semaines, les marchés financiers bruissent d'interrogations sur le montant réel de la dette publique extérieure du pays, qui pourrait être nettement supérieure aux 8,7 milliards de dollars officiellement affichés.

"Sur la foi de documents en notre possession, nous estimons que la dette extérieure pourrait atteindre 15,6 milliards de dollars", résume Robert Besseling, du cabinet EXX Africa. "En l'absence d'un programme d'aide du Fonds monétaire international (FMI) pour renforcer ses réserves de devises et rétablir sa balance des paiements, la Zambie se dirige rapidement vers une grave crise économique et financière".

Madagascar-médias

ANTANANARIVO - L'opposition malgache a finalement débattu samedi au cours d'une émission sur des lois électorales controversées, après avoir dénoncé une tentative de censure à la suite d'une interruption provisoire de diffusion des chaînes de télévision privées qui devaient retransmettre le débat.

"Les télés Viva, Kolo et TV plus ont été coupées volontairement au moment où un débat est prévu entre les journalistes des trois chaînes et les députés ce soir", avait affirmé dans la journée le député Paul Bert Rahasimanana sur son compte Facebook.

Ces trois chaînes, diffusées par satellite sur l'ensemble du territoire de la Grande Ile par Canal Plus Madagascar, affichaient un écran noir en débutd'après-midi.

Canal Plus Madagascar a expliqué qu'un incident technique chez l'un de ses prestataires à Paris avait entraîné la coupure de la diffusion de l'ensemble des chaînes de télévision malgaches sur ses bouquets.

GuinéeBissau-gouvernement

LOME - Le président bissau-guinéen José Mario Vaz a nommé un nouveau Premier ministre, Aristide Gomes, selon un communiqué final publié à l’issue d’un sommet extraordinaire de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest, samedi à Lomé, après des discussions destinées à régler la crise politique qui dure depuis des années.

Cameroun-présidentielle

YAOUNDE - L'opposant Maurice Kamto, ancien ministre, a été désigné dimanche par son parti candidat à la présidentielle du Cameroun d'octobre 2018.

Mozambique-rail

NAMPULA - Il fait encore nuit noire mais ils sont déjà des dizaines à se ranger sans bruit le long du quai. Hommes, femmes et enfants en parfaite file indienne, lestés de valises et de baluchons comme un cortège de réfugiés, prêts à s'engouffrer dans les voitures du train.

Dans la petite gare de Nampula, dans le nord-est du Mozambique, le train de 04h00 du matin à destination de Cuamba (nord-ouest) affiche plus que complet. Comme tous les jours. Tant pis pour ses passagers les plus lents, ils feront encore le voyage debout.

Ces dernières années, le gouvernement a fait du secteur ferroviaire une de ses priorités de développement. Mais, endetté jusqu'au cou, il n'a eu d'autre choix que d'en céder les commandes à des groupes privés. Pour qui le transport des passagers n'est clairement pas la priorité.

En gare de Nampula, quelques secondes avant le départ, les quais sont déserts. Pas un retardataire en vue. Coincés entre deux motrices américaines époumonées venues finir leurs jours en Afrique australe, les six voitures sont pleines à ras bord, transportant jusqu'à un millier de passagers, plongés dans le noir. La compagnie n'a pas jugé utile de les équiper de plafonniers. Il ne reste plus qu'à attendre le lever du soleil pour identifier son voisin...

Un coup de sifflet et le convoi s'ébroue, dans un grincement métallique assourdissant. Direction Cuamba, à 350 km de là, qu'il atteindra à un train de sénateur dans une dizaine d'heures.

(afp)