Le plus important échangeur de Ouagadougou sera inauguré le 15 novembre 2018 // Le Burkinabè Mathias Sorgho remporte le maillot jaune au Tour du Faso 2018 // La Côte d'Ivoire remporte le grand prix du président du Faso du meilleur stand pays au SIAO 2018 //  Le Burkina classé 3e au Conseil des droits humains de l'ONU (expert) // Apollinaire Compaoré élu président du Conseil national du patronat burkinabè // 



Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Village des communautés :Clash entre Bissa et Gourounsi

28/03/2018
668

Village des communautés

 

Clash entre Bissa et  Gourounsi

 

 La journée du mardi 27 mars a été consacrée, dans le village la SNC, aux  communautés bissa et gourounsi. Est-il besoin de dire que l’aire de ce village atypique a vécu une animation toute particulière sur fond de défiance et de joutes oratoires.

 

La parenté à plaisanterie est l’une des richesses culturelles du Burkina Faso. Pour la promouvoir, les communautés bissa et gourounsi se sont « affrontées » à travers des joutes oratoires. Et chaque ethnie a étalé un pan de sa culture à travers les recettes culinaires, les objets culturels, le tout sur fond d’animation musicale. A l’occasion,  la communauté gourounsi regroupée au sein de l’Union culturelle des Gourounsi a voulu épater ses « esclaves » Bissa. Alors qu’une troupe d’animation bissa faisait monter les décibels ponctués de pas de danse, un vieux gourounsi a fait irruption pour jouer au « perturbateur » en tentant d’arracher le micro des mains d’un  Bissa. « Les Bissa sont nos cousins et nos clowns, ils ont pour mission de nous distraire », a soutenu avec ironie Constant Bationo, président de la communauté  Gourounsi de Bobo-Dioulasso. « Les Gourounsi dominent les Bissa, mais ce n’est pas cette question de domination qui compte, mais ce que ça nous rapporte », a-t-il dit. De leur côté, les Bissa ne se sont pas laissés faire et ont rapporté avec insistance que les Gourounsi doivent leur faire allégeance. Ce qui n’est pas l’avis d’un jeune gourounsi qui a fait irruption et tenté de s’interposer à notre interview avec Farlamba Goumbané, un ancien combattant bissa : « Pourquoi tu donnes la parole à ce faux type ? ».  Et le doyen, un sexagénaire de répliquer : « Quitte là-bas oui ! » avant d’expliquer que dans le temps, les Gourounsi n’épousaient pas les filles bissa car « ce sont nos esclaves ». Ces envolées oratoires démontrent s’il en était besoin, que chaque communauté veut surpasser l’autre. Ensuite, la plaisanterie s’est poursuivie autour des canaris de dolo, du porc au four et autres attraits gastronomiques de ces communautés. Toujours est-il que Gourounsi et Bissa ont assuré le spectacle en prouvant que l’on peut être différents et vivre harmonieusement ensemble.

 

 Frédéric OUEDRAOGO