10 Gardes de sécurité pénitentiaire rayés des effectifs de la fonction publique // Le plus important échangeur de Ouagadougou inauguré ce 15 novembre 2018 par le président du Faso// La Semaine nationale de l'internet prévue du 20 au 24 novembre // La Côte d'Ivoire remporte le grand prix du président du Faso du meilleur stand pays au SIAO 2018 //  



Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Fête de la pomme de terre du Loroum : vers une meilleure organisation des acteurs de la filière

28/03/2018
672

Fête de la pomme de terre du Loroum

Vers une meilleure organisation des acteurs de la filière

Titao, (AIB) - La 16ème édition de la fête de la pomme de terre du Loroum s’est tenue le samedi 17 mars 2018 à Titao. Placée sous le patronage de M. Simon Compaoré, Ministre d’Etat auprès de la Présidence et le parrainage de M. Assane Sawadogo, Directeur Général de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS), la cérémonie d’ouverture a mobilisé beaucoup d’acteurs de la filière.

3250 tonnes de pomme de terre, pour un chiffre d’affaire d’environ un milliard de francs, ce sont là les prévisions de cette campagne. Des résultats forts appréciables qui témoignent de l’ardeur des producteurs du Loroum malgré les conditions de production difficile. C’est pourquoi dans son adresse aux producteurs, le ministre Simon Compaoré leur a traduit la reconnaissance du gouvernement et les a encouragé à la persévérance. Votre action cadre avec les objectifs du plan national de développement économique et social (PNDES) et l’Etat ne ménagera aucun effort pour vous accompagner, a-t-il souligné dans son propos. M. Simon Compapré s’est également adonné à des explications sur le retard de la mise en œuvre des promesses de bitumage de la nationale N°23 avant de rassurer les populations du Loroum de l’oreille attentive du gouvernement aux préoccupations locales. Quant au ministre de l’agriculture et des aménagements hydrauliques,M. Jacob Ouédraogo, il a salué et traduit sa reconnaissance à l’ensemble des organisateurs, qui au fil des années et sans discontinuer ont su maintenir la réputation de cette fête. Il a également reconnu le mérite des acteurs de la filière. Pour M. Ouédraogo, cette ardeur au travail des producteurs serait mieux rentabilisée si certains problèmes constatés sur le terrain étaient résolus. Il s’agit entre autres de l’envasement des canaux qui ne favorise pas une meilleure répartition de l’eau sur les parcelles, de l’application non rigoureuse des itinéraires techniques, du non respect du calendrier de production, de la faible organisation de la commercialisation et de l’insuffisance des infrastructures de conservation et de transformation.   C’est pourquoi il a salué les conclusions du forum tenu le 15 mars 2018 sous le thème « quels modes de production de la pomme de terre et d’organisation des acteurs pour une pérennisation de la filière ? » Déjà, notera le Ministre Jacob Ouédraogo, des actions sont en cours dans la localité afin de renforcer les capacités des producteurs à faire face au problème de conservation et de transformation. Il s’agit de la réalisation en cours d’une unité de transformation de la pomme de terre en chips, d’une unité de stockage et de conservation des produits maraîchers et d’une plateforme multifonctionnelle. Pour le parrain de la cérémonie, M. Lassané Savadogo, il est souhaitable que les producteurs commencent à penser à leurs vieux jours en s’affiliant à la caisse nationale de sécurité sociale pour garantir une pension à la retraite. « Vous avez passé votre temps à nourrir le Burkina Faso, il faut qu’à vos vieux jours, le Burkina Faso vous nourrisse. » a-t-il clamé. L’une des innovations de cette édition, c’est de consacrer deux jours à la l’exposition-vente afin de permettre aux producteurs d’écouler leur production. Sur l’aire de la fête, ce sont des stands bien fournis en tubercule jaune de très bonne qualité, ce qui a fait dire au Ministre d’Etat que « la pomme de terre de Titao n’a rien à envier à ce qu’on peut voir en Europe. Nous sommes capables de nous nourrir si nous nous organisons bien, si nous mettons la volonté à dompter les difficultés ; nous serons à même de nourrir nos populations sans avoir besoin d’attendre de l’aide alimentaire de dehors ». Pour encourager et galvaniser l’ardeur des acteurs, des prix d’une valeur totale de 10.400.000 F sont allés à plusieurs producteurs méritants. Le prix spécial du Ministre de l’agriculture et des aménagements hydrauliques d’une valeur de deux millions de francs est allé au groupement villageois féminin FISCAAZO de Tansaliga.

 

Abdoul Salam OUARMA