Le président du Faso a décidé de la tenue du Conseil supérieur de la défense  désormais chaque deux semaines (Premier ministre) // Levée (très bientôt) des mesures de suspension des regroupements de chauffeurs routiers et des transporteurs suspendus en fin août dernier// Plus de 400 présumés terroristes ont été arrêtés (Ministre de la Sécurité) // Le MPP tient du 15 au 27 septembre 2018, sa rentrée politique // Le gouvernement a adopté ce mercredi 12 septembre en conseil des ministres, la liste des produits soumis à autorisation spéciale d'importation et d'exportation // Le gouvernement burkinabè menace de retirer, d'ici à fin septembre 2018, les parcelles non encore mises en valeur dans la Zone d'activés commerciales et administratives (ZACA) de Ouagadougou // 

      




Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Prévention des conflits : les acteurs du monde scolaire de la commune de Boussé sensibilisés

15/03/2018
668

Prévention des conflits

Les acteurs du monde scolaire de la commune de Boussé sensibilisés

Boussé, (AIB) - L’Association Songui Kaomba et la coopération décentralisée plateau central / Nouvelle Aquitaine ont tenu du 7 au 14 mars 2018 des rencontres dans  quatre établissements secondaires de la ville de Boussé. Ce tour des lycées a eu pour objet, d’outiller les acteurs sur la prévention et la gestion non violente des conflits en milieu scolaire.

Après le lycée municipal, le Baonbangré, le Dimdolobsom, L’association Songui Kaomba a clos ses activités de sensibilisation au lycée Yamwécré le 14 mars 2018. Pour Alain Sawadogo, président de l’association, cette tournée dans les établissements secondaires, s’inscrit dans le cadre d’un projet de promotion d’une société pacifique au moyen de l’éducation à la paix, la démocratie, à la participation citoyenne et à la bonne gouvernance, dans la commune de Boussé. Ousmane Yaméogo, attaché de santé en santé et sécurité au travail, par ailleurs préventionniste en crise et gestion des conflits, s’est adressé aux élèves, aux enseignants et aux parents. Il affirmé à l’entame de son propos que toute communauté est génératrice de conflits. L’école qui est émanation de la société dit-t-il, n’échappe pas à cette réalité. Il faut, selon lui, que les acteurs, s’inscrivent dans la dynamique de l’élimination ou du moins, à la réduction des formes violences de conflit dans ce milieu. Abordant les causes, Ousmane Yaméogo a cité entre autres, le manque ou l’insuffisance de communication, de discernement, l’intolérance, les attitudes irrévérencieuses. Ce sont autant de facteurs qui  pour lui, favorisent la survenue des crises dans les établissements. La prévention est pense – t-il le premier moyen à mettre en œuvre. Il préconise dans ce sens, que l’exercice de l’autorité parentale ou éducative, tout en restant ferme, encourage cependant l’enfant ou l’adolescent à extérioriser ses sentiments, dans le respect de sa personnalité. S’inspirant des récentes manifestations des scolaires dans la localité, Ousmane Yaméogo a invité les élèves à la retenue et à la pondération. Il les a appelé à s’attacher aux besoins plutôt qu’aux désirs, à privilégier dans tous les cas le dialogue, à s’abstenir d’agir sous colère. Le conférencier les a également exhortés à s’éloigner de toutes situations pouvant  mettre en péril leur intégrité physique et morale ou celles d’autrui. Pour finir, il a dit que les conflits sont aussi des occasions pour la communauté de développer des habiletés sociales, individuelles et collectifs à même de résoudre durablement les crises, de faciliter ainsi le vivre ensemble dans le présent et dans l’avenir.

Daouda Barro