Le Burkina est bel et bien gouverné (Roch Marc Christian Kaboré) // Le président du Faso dit être satisfait du travail des Forces de défense et de sécurité en matière de lutte contre le terrorisme, pour lui, elles méritent d'être encouragées  // Les élèves du Nord et du Sahel qui n'ont pas pu composer lors des récents examens (CEP et BEPC), le feront avant la prochaine rentrée scolaire (Roch Marc Kaboré) // Le nombre d'emplois créés s'élève à 190 000 en deux ans et demi (Président du Faso) // Le président Kaboré demande aux syndicats du ministère en charge de l'Economie et des Finances de lever leur mot d'ordre de grève // L'Ambassade de la Chine continentale sera ouverte à Ouagadougou entre le 11 et le 13 juillet 2018 (Ministère des Affaires étrangères) // Des étudiants burkinabè seront transférés en Chine continentale (Officiel) // 
  




Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Répression de la cybercriminalité au Burkina: Un projet de loi en gestation

13/03/2018
435

Burkina Faso-Numérique-Menaces-Répression

Répression de la cybercriminalité au Burkina: Un projet de loi en gestation

Ouagadougou, 13 mars 2018 (AIB)- La capitale burkinabè, Ouagadougou, abrite du 12 au 15 mars, un atelier national d’élaboration d’un avant-projet de loi relatif à la répression de la cybercriminalité au Burkina Faso, a appris l’AIB mardi, de source proche du ministère en charge de la Justice.

Selon cette source, la rencontre est une initiative du ministère de la Justice, des Droits humains et de la Promotion civique et réunit une vingtaine de spécialistes du domaine informatique, du secteur privé et de la recherche, etc.

Durant les quatre jours de travaux, les participants ont pour mission principale «la rédaction d’un avant-projet de loi relatif à la répression de la cybercriminalité au Burkina Faso».

Les Termes de référence (TDR) de l’atelier renseignent aussi que «de manière spécifique, il est attendu des participants,     l’évaluation du cadre juridique existant pour déceler les insuffisances et les vides juridiques».

Au Burkina Faso, l’évolution rapide des technologies de l’information et de la communication handicape une définition pérenne des incriminations, mettant à nue les insuffisances du code pénal de 2004.

C’est conscient de la nécessité de prendre des mesures de riposte en termes de politique pénale que le ministère burkinabè  en charge de la justice, avec le soutien du Conseil de l’Europe, à travers le projet GLACY+, organise le présent atelier.

Le ministre en charge de la Justice, René Bagoro qui s’exprimait lundi, à l’issue de la cérémonie d’ouverture de la rencontre, dit attendre avec intérêt, «le document qui permettra de sécuriser l’économie numérique au Burkina Faso».

Agence d’information du Burkina

ak/ata