Le président du Faso a décidé de la tenue du Conseil supérieur de la défense  désormais chaque deux semaines (Premier ministre) // Levée (très bientôt) des mesures de suspension des regroupements de chauffeurs routiers et des transporteurs suspendus en fin août dernier// Plus de 400 présumés terroristes ont été arrêtés (Ministre de la Sécurité) // Le MPP tient du 15 au 27 septembre 2018, sa rentrée politique // Le gouvernement a adopté ce mercredi 12 septembre en conseil des ministres, la liste des produits soumis à autorisation spéciale d'importation et d'exportation // Le gouvernement burkinabè menace de retirer, d'ici à fin septembre 2018, les parcelles non encore mises en valeur dans la Zone d'activés commerciales et administratives (ZACA) de Ouagadougou // 

      




Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Procès du putsch manqué et inhumation des soldats au menu des médias en ligne burkinabè

08/03/2018
499

Burkina Faso-Presse-Revue

Procès du putsch manqué et inhumation des soldats au menu des médias en ligne burkinabè

Ouagadougou, 8 mars 2018(AIB) Les médias en ligne burkinabè en ce jeudi (jour férié au Burkina du fait de la Journée internationale de la femme) évoquent l’inhumation, la veille à Ouagadougou, des huit soldats tombés lors du double attentat terroriste, ainsi que l’annonce de la reprise du procès relatif au putsch manqué de septembre 2015.

«Procès du putsch manqué: l’audience reprendra le mercredi 21 mars », arbore Fasozine.com qui dit détenir l’information de sources judiciaires.

Ce journal en ligne rappelle que sitôt ouverte, le mardi 27 février dernier, l’audience  avait été suspendue car les avocats de la défense qui ont contesté la légalité du tribunal ont quitté la salle pour protester contre la décision du président du tribunal, Seydou Ouédraogo de poursuivre l’audience.

Fasozine.com souligne qu’au total, 84 personnes, dont 66 militaires et 18 civils, devraient comparaitre pour s’expliquer sur les faits à eux reprochés.

«Parmi les 84 accusés, il y a les généraux Gilbert Diendéré et Djibrill Bassolé, cerveaux présumés du coup de force manqué de septembre 2015», écrit le confrère.

De son côté, Burkina24.com mentionne que «la séance avait été suspendue après qu’ils (les avocats de la défense, Ndlr) aient quitté la salle pour protester contre la volonté du président du tribunal de continuer le choix des juges assesseurs sans avoir au préalable donner suite aux +observations+».

Le même média en ligne aborde l’inhumation des militaires tombés lors des attaques terroristes du 2 mars dernier, faisant remarquer  qu’«ensemble comme un seul homme, les Burkinabè de la capitale Ouagadougou ont conduit leurs huit compatriotes au carré militaire du cimetière municipal de Gounghin».

Le site d’information, en guise de titre,  reprend les propos du Chef d’état-major des armées, le général Oumarou Sadou qui a déclaré : «le soutien de la nation constitue aussi une arme pour nous».

Quant à Lefaso.net, il renseigne à travers son ‘’Flash info’’, que  «les huit militaires burkinabé décédés ont été décorés ce mercredi à titre posthume avant leur inhumation au cimetière municipale de Gounghin».

Agence d’information du Burkina

ak