Le président du Faso a décidé de la tenue du Conseil supérieur de la défense  désormais chaque deux semaines (Premier ministre) // Levée (très bientôt) des mesures de suspension des regroupements de chauffeurs routiers et des transporteurs suspendus en fin août dernier// Plus de 400 présumés terroristes ont été arrêtés (Ministre de la Sécurité) // Le MPP tient du 15 au 27 septembre 2018, sa rentrée politique // Le gouvernement a adopté ce mercredi 12 septembre en conseil des ministres, la liste des produits soumis à autorisation spéciale d'importation et d'exportation // Le gouvernement burkinabè menace de retirer, d'ici à fin septembre 2018, les parcelles non encore mises en valeur dans la Zone d'activés commerciales et administratives (ZACA) de Ouagadougou // 

      




Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Le double attentat terroriste de Ouagadougou, toujours en couverture des quotidiens

07/03/2018
456

Burkina Faso-Presse-Revue

Le double attentat terroriste de Ouagadougou, toujours en couverture des quotidiens

Ouagadougou, 7 mars 2018 (AIB) Les journaux burkinabè continuent de commenter l’actualité nationale marquée par la double attaque terroriste du 2 mars dernier, notamment la sortie hier mardi, du procureur du  Faso à ce sujet.

«Attaques terroristes du 2 mars: 8 interpellés, dont 2 militaires et 1 militaire radié», affiche le quotidien national Sidwaya, soulignant que quatre jours après la double attaque de Ouagadougou qui a eu pour cible l’état-major général des armées burkinabè et l’Ambassade de France, l’on en sait davantage sur le mode opératoire des assaillants.

Et de rapporter que le procureur du Faso près le Tribunal de grande instance (TGI) de Ouagadougou, Maïza Sérémé, a apporté plus de détails sur les évènements au cours d’un point de presse le mardi 6 mars 2018 dans la capitale burkinabè.

A ce propos, le quotidien privé Le Pays arbore en première page: «Attentats de Ouagadougou: 2 militaires en service, 1 radié et des civiles aux arrêts».

Le même journal reprend les propos de Mme le procureur Maïza Sérémé qui a déclaré, hier au point de presse: «Aucun des assaillants ne portait une tenue militaire».

L’Observateur Paalga, le plus ancien des quotidiens privés du Burkina Faso abonde dans le même sens lorsqu’il mentionne à sa Une: «Aucun terroriste ne portait de tenue militaire».

Quant au journal privé Le Quotidien, il revient sur le bilan de la double attaque terroriste à Ouagadougou, mettant en titre: «8 militaire décédés, 8 assaillants tués, 85 blessés dont 61 militaires et 24 civiles».

De son côté, Aujourd’hui au Faso,  quotidien privé titre en manchette: «Maïza Sérémé, procureure du Faso: +8 personnes placées en garde-à-vue+».

Parlant de cette sortie de la procureure du Faso dans sa ‘’Radioscopie’’, le journal met en exergue «l’ontologie des attaques s’est un peu épaissie».

Selon le commentateur, «si l’on ne peut que louer cette sortie du parquet sur ces attaques, les infos distillées par madame la procureur prennent le contre-pied de certains témoignages, recoupements, et bien sûr, des rumeurs».

Aujourd’hui au Faso croit savoir que «beaucoup de Burkinabè sont désarçonnés par ces données qui font autorité, car émanant de sources judiciaires, qu’on sait étayées et circonstanciées».

Agence d’information du Burkina

ak