Le Burkina est bel et bien gouverné (Roch Marc Christian Kaboré) // Le président du Faso dit être satisfait du travail des Forces de défense et de sécurité en matière de lutte contre le terrorisme, pour lui, elles méritent d'être encouragées  // Les élèves du Nord et du Sahel qui n'ont pas pu composer lors des récents examens (CEP et BEPC), le feront avant la prochaine rentrée scolaire (Roch Marc Kaboré) // Le nombre d'emplois créés s'élève à 190 000 en deux ans et demi (Président du Faso) // Le président Kaboré demande aux syndicats du ministère en charge de l'Economie et des Finances de lever leur mot d'ordre de grève // L'Ambassade de la Chine continentale sera ouverte à Ouagadougou entre le 11 et le 13 juillet 2018 (Ministère des Affaires étrangères) // Des étudiants burkinabè seront transférés en Chine continentale (Officiel) // 
  




Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Les quotidiens burkinabè continuent de commenter les attaques terroristes de Ouagadougou

06/03/2018
408

Burkina Faso-Presse-Revue

Les quotidiens burkinabè continuent de commenter les attaques terroristes de Ouagadougou

Ouagadougou, 6 mars 2018 (AIB) Les quotidiens burkinabè de ce mardi continuent de décrypter l’actualité nationale marquée par les attentats terroristes perpétrés, il y a quatre jours, à Ouagadougou.

«Attaques terroristes du 2 mars: le G5 Sahel et le CEDEAO au chevet du Burkina», arbore le quotidien national Sidwaya, informant que les présidents nigérien, Mahamadou Issoufou et togolais, Faure Gnassingbé, étaient hier lundi 5 mars à Ouagadougou.

Le journal souligne que les deux chefs d’Etat étaient auréolés de leurs casquettes de présidents en exercice respectifs du G5 Sahel et de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO).

C’est à juste titre que le journal Le Quotidien affiche: «Attaques terroristes du 2 mars 2018 à Ouaga: les présidents Gnassingbé et Issoufou expriment la solidarité de la CEDEAO et du G5 Sahel au peuple burkinabè».

Pendant ce temps, L’Observateur Paalga, le doyen des quotidiens privés du Burkina Faso, fait observer que «Faure et Issoufou sèchent les larmes de Roch».

Quant à Le Pays, il reprend en manchette, les propos du président nigérien Mahamadou Issoufou qui a déclaré, hier à Ouagadougou que «le terrorisme n’a pas d’avenir dans notre région».

Ce quotidien privé, dans son commentaire ‘’Droit dans les yeux’’, parle de la récurrence des attaques terroristes à Ouagadougou, estimant qu’«on est mal barré».

De son côté, Aujourd’hui au Faso, à travers son titre : «Polémique cadavérique, Big Brother et plan de riposte», croit savoir que «l’attaque du 2 mars contre le cœur de l’armée burkinabè et l’ambassade de la France révèle que les assaillants, les milices, les mercenaires, quel que soit le nom qu’on leur donne, ne sont plus recrutés à l’extérieur des frontières du Burkina».

Dans sa rubrique ‘’News du jour’’, Aujourd’hui au Faso pose la question suivante: «Des soupçons des complicités dans l’armées ?».

Agence d’information du Burkina

ak