Le président du Faso a décidé de la tenue du Conseil supérieur de la défense  désormais chaque deux semaines (Premier ministre) // Levée (très bientôt) des mesures de suspension des regroupements de chauffeurs routiers et des transporteurs suspendus en fin août dernier// Plus de 400 présumés terroristes ont été arrêtés (Ministre de la Sécurité) // Le MPP tient du 15 au 27 septembre 2018, sa rentrée politique // Le gouvernement a adopté ce mercredi 12 septembre en conseil des ministres, la liste des produits soumis à autorisation spéciale d'importation et d'exportation // Le gouvernement burkinabè menace de retirer, d'ici à fin septembre 2018, les parcelles non encore mises en valeur dans la Zone d'activés commerciales et administratives (ZACA) de Ouagadougou // 

      




Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Le groupe jihadiste GSIM revendique les attaques de Ouagadougou (agence mauritanienne)

03/03/2018
804

Le groupe jihadiste GSIM revendique les attaques de Ouagadougou (agence mauritanienne)

Le Groupe pour le soutien de l'islam et des musulmans (GSIM) a revendiqué les attaques de vendredi à Ouagadougou, affirmant avoir agi en représailles à une opération française au Mali, rapporte samedi l'agence privée mauritanienne Al Akhbar, citant un communiqué de ce groupe.

Dirigé par le Touareg malien Iyad Ag Ghaly, le groupe affirme avoir mené ces attaques contre l'état-major des forces armées du Burkina Faso et l'ambassade de France à Ouagadougou, qui ont fait 8 morts parmi les militaires, "en réponse à la mort de plusieurs de ses dirigeants dans un raid de l'armée française dans le nord du Mali il y a deux semaines", selon cette source.

Le 15 février, une vingtaine de jihadistes présumés avaient été "tués ou capturés", selon l'état-major français, lors d'une opération aérienne et au sol des forces françaises visant le groupe d'Iyad Ag Ghaly dans le nord-est du Mali, à proximité de la frontière avec l'Algérie.

Le GSIM avait déjà revendiqué l'attaque qui a coûté la vie à deux militaires français et blessé un troisième le 21 février dans le nord-est du Mali, une zone frontalière du Niger réputée servir de refuge à des groupes jihadistes que la force conjointe du G5 Sahel s'est donnée pour mission de chasser.

A Ouagadougou, huit membres des forces de l'ordre burkinabè ont été tués vendredi et 12 blessés sont en état d'urgence absolue, selon un bilan officiel. Aucun ressortissant français n'a été tué ou blessé.

Huit assaillants ont été tués au cours des attaques.

(afp)