Le Burkina est bel et bien gouverné (Roch Marc Christian Kaboré) // Le président du Faso dit être satisfait du travail des Forces de défense et de sécurité en matière de lutte contre le terrorisme, pour lui, elles méritent d'être encouragées  // Les élèves du Nord et du Sahel qui n'ont pas pu composer lors des récents examens (CEP et BEPC), le feront avant la prochaine rentrée scolaire (Roch Marc Kaboré) // Le nombre d'emplois créés s'élève à 190 000 en deux ans et demi (Président du Faso) // Le président Kaboré demande aux syndicats du ministère en charge de l'Economie et des Finances de lever leur mot d'ordre de grève // L'Ambassade de la Chine continentale sera ouverte à Ouagadougou entre le 11 et le 13 juillet 2018 (Ministère des Affaires étrangères) // Des étudiants burkinabè seront transférés en Chine continentale (Officiel) // 
  




Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Politique, escroquerie et justice au menu des quotidiens burkinabè

02/03/2018
394

Burkina Faso-Presse-Revue

Politique, escroquerie et justice au menu des quotidiens burkinabè

Ouagadougou, 2 mars 2018 (AIB) Les quotidiens burkinabè traitent, ce vendredi, de divers sujets dont un fait de détournement de médicaments, ainsi que l’actualité nationale relative à la justice et à la politique.  

«Sept nouveaux adhérents font chorus dernière Roch (Président Roch Marc Christian Kaboré, Ndlr)», titre Aujourd’hui au Faso qui renseigne que l’Alliance des partis et formations politiques de la majorité présidentielle (APMP) a animé, hier jeudi 1er mars 2018 à Ouagadougou, une conférence de presse.

«A l’occasion, les conférenciers ont annoncé que ce regroupement de partis politiques qui comptait 31 membres s’est  renforcé avec sept nouvelles adhésions portant ainsi à 38 partis alliés», rapporte le journal.

A ce sujet, L’Observateur Paalga, le doyen des quotidiens privés du Burkina Faso affiche: «Majorité présidentielle: Sept partis disent oui à l’APMP».

Le même journal consacre sa manchette au putsch manqué de septembre 2015 dont le procès a été ouvert mardi dernier avant d’être suspendu.

Le confrère rappelle qu’à l’ouverture du procès sur le coup d’Etat manqué de mi-septembre 2015, parmi les sujets qui suscité la polémique figure la problématique de l’enregistrement audiovisuel et sonore des débats.

L’Observateur Paalga publie un écrit du juriste Amadou Traoré qui, dans une tribune, donne un éclairage sur l’état des lieux de la publicité des débats des procès au Burkina Faso et explique pourquoi il est nécessaire de règlementer les enregistrements.

Pour sa part, le journal Le Quotidien informe que l’Organisation de la société civile (OSC) Tous unis pour un Burkina apaisé (TOUBA) a, au cours d’une conférence de presse, animé hier jeudi à Ouagadougou, appelé la justice burkinabè à «jouer son rôle d’impartialité pendant le procès du putsch manqué du 16 septembre 2016».

Le même quotidien évoque le démantèlement d’un circuit parallèle d’écoulement des produits de la Centrale d’achat des médicaments essentiels génériques et des consommables médicaux (CAMEG).

Le journal qui précise que les faits se sont déroulés à Bobo-Dioulasso (2e ville du Burkina Faso), informe que 16 personnes ont été interpellées et qu’un important lot de médicaments a été saisi.

A ce propos, Aujourd’hui au Faso arbore à sa Une: «Détournement de produits de la CAMEG et escroquerie: Un circuit de vente parallèle démantelé».

De son côté, le quotidien national Sidwaya mentionne: «CAMEG de Bobo-Dioulasso: 16 agents détourneurs présumés de médicaments aux arrêts».  

Agence d’information du Burkina

ak