Le président du Faso a décidé de la tenue du Conseil supérieur de la défense  désormais chaque deux semaines (Premier ministre) // Levée (très bientôt) des mesures de suspension des regroupements de chauffeurs routiers et des transporteurs suspendus en fin août dernier// Plus de 400 présumés terroristes ont été arrêtés (Ministre de la Sécurité) // Le MPP tient du 15 au 27 septembre 2018, sa rentrée politique // Le gouvernement a adopté ce mercredi 12 septembre en conseil des ministres, la liste des produits soumis à autorisation spéciale d'importation et d'exportation // Le gouvernement burkinabè menace de retirer, d'ici à fin septembre 2018, les parcelles non encore mises en valeur dans la Zone d'activés commerciales et administratives (ZACA) de Ouagadougou // 

      




Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Echos de l’Ouest

01/03/2018
746

Echos de l’Ouest

 

* Maison d’arrêt et de correction de Banfora : 9 ans sans être jugé !

 

Le temps d’attente des prévenus ou inculpés de la Maison d’arrêt et de correction de Banfora est de plus en plus inquiétant et varie d’un cas à l’autre. En effet, sur 311 détenus, de sources judiciaires, 50 sont des prévenus, 95 des inculpés et 166 condamnés. Le cas de Ali Barry est patent et édifiant. Inculpé en 2009, il est toujours en attente de jugement. Moumouni Guindo est également inculpé depuis six (6) ans et regrette de ne pas pouvoir voir le juge. Pareil aussi pour Idrissa Diallo, inculpé en 2010. Selon les détenus s’étant confiés au Mouvement burkinabè des droits de l’homme et des peuples (M.B.D.H.P.), Ils déplorent le fait que les actes posés par certains détenus sont très minimes par rapport au nombre d’années d’emprisonnement qu’ils écopent. Lors du passage d’une mission du M.B.D.H.P., ceux-ci ont demandé l’’indulgence du parquet et sollicitent que certains délits mineurs soient gérés au niveau des commissariats de police ou à la gendarmerie, afin d’éviter la surpopulation carcérale que vit la Maison d’arrêt et de correction de Banfora.

 

 

* Construction du siège régional de la LONAB-Banfora : Les travaux à l'arrêt !

Débutés en trombe en mi 2017, les travaux de construction du siège régional de la Loterie nationale burkinabè (LONAB) à Banfora connaissent diverses fortunes. Prévu en R+1 extensible en R+2, le chantier a été suspendu sine die dans un premier temps par les contrôleurs de la direction régionale de l'Urbanisme, pour faute d'autorisation de construire, flanqué d'une notification claire en peinture rouge sur le bâtiment. Ensuite, après quelques semaines, alors que les choses semblaient rentrer dans l’ordre, les ouvriers ont déserté les lieux cette fois. Que se passe-t-il donc ?

 

 

* Plateau omnisport de Yéguéré : « L’entrepreneur a brillé par son absence »

Suite à l’affaire que certains ont surnommée «Yéguérégate», une délégation du ministère des Sports et des Loisirs, conduite par son directeur de cabinet  Boureima Sy, a visité le « Plateau omnisport de Yéguéré » qui a coûté environ 190 millions 500 mille FCFA, à Bobo-Dioulasso. L’objectif  comprendre ce dysfonctionnement, au lendemain de son inauguration. En effet, le soir de l’inauguration du Plateau le samedi 17 février 2018, le cerceau de basket-ball s’est plié a fait savoir le directeur régional des sports et loisirs des Hauts-Bassins par intérim, Moustapha Traoré. « Pour qu'un panneau puisse se plier, c'est que quelque chose n'a pas marché. Et si les normes sont respectées, c'est qu'il faut voir au niveau de la qualité des matériaux », a déclaré un membre de la délégation, Jean Luc Soulama. En ce qui concerne la qualité des matériaux utilisés, Moustapha Traoré a fait comprendre que cela ne relève pas de sa direction. « La qualité des matériaux incombe à l’entrepreneur et non à la direction régionale », a-t-il ajouté. Invité, selon le représentant du ministre en charge des sports, Boureima Sy, l’entrepreneur a brillé par son absence. Mais M. Sy a rassuré les journalistes que les dispositions seront prises afin que l’entrepreneur respecte son contrat.

 

*Bobo-Dioulasso : Chasse aux panneaux publicitaires irréguliers

La police municipale a fait une descente sur quelques artères de la ville de Bobo-Dioulasso dans la matinée du jeudi 1er mars 2018. Objectif, débarrasser les artères publiques des panneaux publicitaires irrégulièrement implantés. Il s’agit de pancartes concernent entre autres, des concerts d’artistes et bien d’autres cérémonies ou festivités. Selon des agents de la police municipale vus sur place, ces panneaux perturbent la circulation.